petition_2017

 

petition_2018

obesite1

 

_homme-fatigue-au-volant

 

Somnolence-au-volant

 

uva 3

 

vote parlement européen

Cen'est qu'un au revoir -Andre Rieu-Concert-Auld Lang Syne

 

petition_changement_d_heure_2015

Le secret d'une vie sexuelle épanouie: le sommeil

Heure d'été

Instaurée  en France en 1940 pour la zone occupee et en 1942 pour la zone libre pour réaliser des économies d’énergie, le changement d’heure n’est pas sans conséquences pour le corps. S’il permet de mieux synchroniser la durée d’ensoleillement avec les activités quotidiennes, le passage à l’heure d’été ampute également notre temps de sommeil d’une heure. Véronique Fabre, chargée de recherche au laboratoire Neurosciences Paris Seine-IBPS (Sorbonne Université/CNRS/Inserm) et membre du groupement de recherche sur le sommeil, revient sur les effets de ce changement pour notre horloge biologique.

Le changement d’heure fait perdre deux heures  de sommeil. Quelles conséquences pour l’organisme ?

Ce manque de sommeil peut provoquer une chute de l'attention, occasionner de la somnolence, de la nervosité ou dégrader l'humeur. Le passage à l'heure d'été pourrait ainsi être la cause d'une augmentation des accidents de la route ou du travail.

Dans notre société, l'exposition prolongée en soirée à la lumière des écrans d’ordinateurs, des tablettes et des smartphones retarde notre endormissement et restreint notre temps de sommeil. Nous avons ainsi perdu en quelques décennies une à deux heures de sommeil par nuit ce qui favoriserait l'apparition de troubles du métabolisme comme le diabète ou l'obésité, ou de maladies cardiovasculaires. La perte supplémentaire d'une heure de sommeil au passage à l'heure d'été aggraverait ponctuellement les effets du manque chronique de sommeil sur notre santé.Certaines personnes sont, par ailleurs, plus sensibles au changement d'heure comme les adolescents chez qui la puberté induit un retard de phase physiologique et donc un endormissement tardif. Ils auront plus de mal à s'adapter au passage à l'heure d'été.

 

Quels sont les autres effets du changement d’heure sur notre corps ?

Plus globalement, le changement d'heure perturbe notre horloge interne qui contrôle nos différents rythmes biologiques. Ces rythmes correspondent aux variations périodiques d'une fonction physiologique. La pression artérielle, le rythme cardiaque, la température corporelle, les cycles veille-sommeil et même l'humeur et l'attention varient au cours de la journée. Perturber l'horloge biologique peut donc avoir diverses répercussions sur l'organisme.Comment fonctionne cette horloge biologique ?

En réalité, il existe plusieurs horloges dans notre organisme, mais la principale est située dans le cerveau. Elle se trouve plus précisément dans le noyau suprachiasmatique de l'hypothalamus. Ce noyau est le générateur fondamental qui coordonne tous nos rythmes biologiques. Par exemple, une lésion dans cette zone du cerveau affecte profondément les rythmes comme ceux de la température corporelle ou de la sécrétion de certaines hormones. La découverte, par Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young, des mécanismes moléculaires qui génèrent ces rythmes, a été récompensée par le prix Nobel de Médecine en 2017.

 

Nos rythmes biologiques sont-ils entièrement déterminés par notre horloge biologique ?

Nos rythmes biologiques sont endogènes, c’est-à-dire produits par l’organisme. Cela a été mis en évidence chez l’homme par des expériences d’isolement temporel. En 1962, le géologue Michel Siffre a été l’un des premiers à vivre « hors du temps » en s’isolant pendant deux mois dans une grotte. Cette expérience a notamment permis de montrer que le sommeil, comme d’autres variables physiologiques, a un rythme propre, indépendant de l’alternance jour-nuit. Chez l’homme, ce rythme n’est pas exactement de 24h, mais varie entre 23h30 et 24h30 en fonction des individus.

Ce sont les synchroniseurs externes qui agissent sur notre horloge biologique pour une remise à l’heure de nos rythmes sur 24 heures. La lumière est le synchroniseur externe le plus puissant, mais il en existe d’autres comme les activités sociales (repas, travail, sport, etc.).

Le Parlement européen remet en question l'heure d'été

Ce jeudi 8 février 2018, les députés du Parlement européen ont voté pour la fin du changement d’heure au sein de l’Union européenne. En effet, faisant suite à des initiatives et pétitions citoyennes, dont celle de Monsieur Labrousse Erick  les députés du Parlement européen ont voté, ce jeudi 8 février 2018 à midi, pour la fin du changement d’heure, à 384 voix contre 153.

 

Accidents de la route et troubles du sommeil

En cause, le manque d'évaluation claire des avantages et inconvénients de cette mesure sur le plan économique comme sanitaire.

« De nombreuses études, si elles n'aboutissent pas à des conclusions définitives, ont indiqué l'existence d'effets négatifs sur la santé des êtres humains " du changement d'heure saisonnier, soulignent les eurodéputés.

A l'origine de la résolution - qui demandait initialement l'abandon pur et simple du système, avant d'être finalement amendée - la députée européenne écologiste Karima Delli a mis en avant « les études démontrant un accroissement des accidents de la route ou des troubles du sommeil ".

 

 

 




Repéré par Cyril Simon — 27 juin 2016 à 7h58 — mis à jour le 27 juin 2016 à 14h31

La science a mesuré à quel point la privation de sommeil pouvait gâcher la vie quotidienne d'un couple.

 

Quel est le plus important dans un couple? Le sexe ou le sommeil? 60% des Américains ont choisi: selon une étude réalisée par le Better Sleep Council, ils préfèrent un tête-à-tête salvateur avec leur oreiller. Idiot? Pas forcément. Réfléchissez-y à deux fois à l'heure d'acheter votre tout nouveau nid d’amour au magasin de matelas du coin. Mal dormir, c’est ajouter un verso à la liste des soucis que traversent votre couple.

La journaliste du site Mel, Jennifer Sanchez, a recensé les principaux domaines affectés par des insomnies fréquentes: le jugement, la prise de décision, la résolution de problèmes, l’humeur, la mémoire, la productivité l’attractivité générale, le sens de l’humour

«Quand les gens dorment mal, ils sont moins en mesure d'évaluer les sentiments de leur partenaire et leurs partenaires sont moins en mesure d'évaluer leurs émotions», écrivent les deux psychologues de l’université de Berkeley, Serena Chen et Amie Gordon.

Il suffit donc que l’un des deux soit en manque de sommeil pour empoisonner la communication. Cela rendrait carrément plus égoïste: «Nous mettons en avant nos propres besoins et plus celui de son partenaire.»

Vous voilà alors pris au piège d’un cercle vicieux. Si le risque de dispute augmente, les chances de réussir à désamorcer le conflit, elles, diminuent. Et le pire, c’est que cela ne concerne pas seulement la caste des insomniaques chroniques. Sont potentiellement touchées toutes les personnes ayant moins bien dormi que d’habitude...

Mais à trop dormir, la vie sexuelle, ciment (presque toujours) d'un couple épanoui, peut aussi souffrir.

«Bien sûr que le sommeil est important. Si tu ne dors pas, tu meurs. Mais c’est quelque chose d’individuel, tandis que le sexe, c’est nous qui construisons ensemble une partie de notre relation.»

La psychologue Annie Gordon, elle, préfère donc ne pas choisir. Juste livre-t-elle un conseil: le sexe sera toujours plus agréable après une bonne nuit de repos. Et là encore, une étude le démontre. Une succession de nuits blanches ou trop courtes, et c’est votre taux de testostérone qui dégringole. Sans parler des potentiels problèmes d’érections, dont l’une des causes principales est l’apnée du sommeil.

Dernière preuve que sexe et sommeil, prétendument opposés, font la paire. Chaque heure de sommeil supplémentaire avive le désir sexuel immédiat des femmes, et augmente de 14% la probabilité de faire l'amour avec son partenaire le lendemain.

Le sommeil est un facteur essentiel pour assurer équilibre, bien-être et santé en général. Nous n’en sommes pas réellement conscients, mais la qualité et la durée du sommeil sont des facteurs déterminants, de la libido aux troubles cardiovasculaires en passant par le contrôle et la gestion du poids.

Si vous avez une baisse de libido inexpliquée et sans raison apparente, sachez que le manque de sommeil peut être une des causes. A travers cet article, on vous explique pourquoi le sommeil est un boost pour la libido.

Le manque de sommeil, ses causes et ses conséquences

elon l’avis des spécialistes, une personne doit dormir en moyenne jusqu’à 8 à 10 heures par nuit. Ne faites pas l’erreur de croire que vous êtes robuste, que vous avez une bonne santé et que par conséquent, le manque de sommeil ne pourrait avoir aucune conséquence sur votre santé et votre bien-être. Dormir mal et très peu est un problème beaucoup plus important qu’on pourrait le penser et les conséquences néfastes d’un sommeil insuffisant apparaitront inévitablement, tôt ou tard.

  • Les causes possibles du manque de sommeil

Observons brièvement les causes possibles d’un sommeil insuffisant :

  • l’insomnie

  • la fatigue

  • le stress

  • le surmenage

  • le travail de nuit

  • les changements d’horaires

  • l’âge

  • la ménopause

  • le déséquilibre hormonal

  • l’ingestion inappropriée de caféine, d’alcool ou de nicotine

  • la prise de certains médicaments tels que les décongestionnants, les corticoïdes, les stimulants et certains antidépresseurs

  • la survenue d’un évènement tragique et traumatisant

  • les problèmes relationnels, psychologiques ou physiologiques

  • Les conséquences du sommeil insuffisant

 

Une réduction, volontaire ou involontaire, du sommeil peut entrainer de nombreuses conséquences néfastes sur la santé et le bien-être. Toutes les fonctions de l’organisme, y compris le cœur, le système immunitaire, le système digestif, la performance physique, la concentration et la mémoire, l’humeur, mais aussi le désir sexuel sont affectées par le manque de sommeil.

On sait que le manque de sommeil peut entrainer un déséquilibre hormonal qui affectera non seulement l’humeur, l’état de santé physique et psychique, mais également la libido. Par conséquent, les risques de maladie sont accrus à cause du manque de sommeil. On sait par exemple qu’un sommeil insuffisant augmente de 200 % les risques de cancer du sein, de 100 % les risques de troubles cardiaques, de 50 % les risques d’obésité, de 50 % les risques de développer un adénome colorectal.

Une étude récente a également révélé que le manque de sommeil diminue significativement la libido chez l’homme et la femme. Une autre étude publiée en 2013 a permis de démontrer que le manque de sommeil affectait dangereusement la fertilité masculine, en réduisant d’environ 30 % le nombre de spermatozoïdes pendant l’érection.

Les effets d’un bon sommeil sur la libido

effet de la libido et sommeil

 

Un bon sommeil, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, est propice à une hausse de la libido masculine et féminine.

  • Les effets d’un bon sommeil sur la libido de la femme

 

Une étude récente québécoise, menée par le Dr Pierre Mayer, directeur de la Clinique du sommeil de l’Hôtel-Dieu du CHUM a en effet révélé que les femmes qui dorment le plus ont une vie sexuelle plus active que celles qui ne dorment pas suffisamment.

On sait d’après cette étude qu’une heure de sommeil supplémentaire accroit de 14 % les chances pour une femme de faire l’amour avec son partenaire. En outre, selon une étude réalisée durant le courant de cette année, une femme qui dort suffisamment présente une meilleure lubrification vaginale et un éveil plus rapide du désir.

  • Les effets d’un bon sommeil sur la libido de l’homme

 

Un bon sommeil favorise également la production de testostérone, hormone de la virilité chez l’homme. Selon la conclusion de plusieurs recherches, les hommes qui dorment moins de 6 heures la nuit ont très peu d’appétit sexuel, en raison d’une baisse significative du taux de testostérone.

Dormir paisiblement et suffisamment peut ainsi booster la libido et améliorer les réponses sexuelles, englobant les réactions psychologiques et physiologiques lors des rapports sexuels.

Une hausse de la libido après une nuit complète de sommeil s’explique également par une bonne production d’hormone durant la nuit. En effet, une grande partie de la testostérone présente dans l’organisme est produite durant le cycle du sommeil paradoxal. Lorsqu’on manque de sommeil, la production de testostérone chute et la libido va également baisser.

Comment bien dormir

 

Parmi d’autres raisons, le manque de sommeil est en cause dans les troubles du désir sexuel. Pour rétablir la libido, il est donc nécessaire de rétablir un bon sommeil paisible et durable.

Bien dormir réunit 3 conditions :

  • s’endormir facilement

  • dormir paisiblement durant toute la nuit, sans réveil nocturne

  • se réveiller naturellement

Pour bien dormir, il faut s’attaquer à la cause du manque de sommeil. En dehors des travaux psychologiques à faire, la phytothérapie, sans réel danger sur la santé

 

Le premier gène impliqué dans la régulation des rythmes biologiques a été découvert

Voila une nouvelle implication de la double heure d’été sur la sante

 

UNE .ÉQUIPE scientifique améri­caine révèle dans le dernier numéro du mensuel Cell avoir identifié et clone le premier gène impliqué dans la régulation des rythmes bio­logiques chez les mammifères ; ce gène a été baptisé Clock. Cette dé­couverte, la première fournie par les techniques de génétique molé­culaire dans le champ de la chrono-biologie, ouvre de nouvelles pers­pectives thérapeutiques ou adaptatives. Elle vient aussi confir­mer l'importance considérable, et trop souvent ignorée, de la dimen­sion temporelle dans le domaine de la biologie et de la physiologie des organismes vivants.

Signés des professeurs Joseph Takahashi et Fred Turek et de leurs collaborateurs (Northwestem Uni-versity, Evanston, Dlinois), les tra­vaux publiés dam Ceii ont porté sur la souris, mais leurs auteurs esti­ment d'ores.et déjà que leur décou­verte - à bien des égards éton­nante - vaut pour l'ensemble des mammifères, et donc pour l'homme. L'identification du gène Clock est fondée sur le fait que ce fragment du patrimoine hérédi­taire, lorsqu'il est réintroduit dans des embryons appartenant à une li­gnée de souris mutantes ayant per­du leur rythme biologique naturel, fait que les animaux ainsi greffés (et leurs descendants) perdent leurs caractéristiques pathologiques.

L'équipe du professeur Takahashi a initialement eu recours à la tech­nique du « clonage positionnel ». Les chercheurs qui disposaient de cette lignée de souris depuis plu­sieurs années ont patiemment ex­ploré le patrimoine héréditaire de ces animaux. Ils ont ainsi progres­sivement localisé le fragment du génome qui était, d'un point de vue structurel, différent du génome des souris normales. Cette identifica­tion réussie a parallèlement pu être confirmée avec la « greffe » de gènes normaux dans le génome d'embryons de la lignée mutante,

 

travail réalisé et lui aussi publié dans Cell par l'équipe du professeur Lawrence Pinto.

Les chercheurs américains ont découvert que le gène Clock était constitué de l'enchaînement de 100 000 éléments unitaires (des paires de base) d'ADN et qu'il contenait vingt-quatre « exons », zones chromosomiques dirigeant la synthèse de la protéine correspon­dant à ce gène. Plusieurs éléments structurants de cette protéine - elle aussi identifiée - laissent supposer que cette molécule joue un rôle fondamental, régulant l'activité d'autres gènes et remplit ainsi une fonction centrale dans le contrôle génétique et moléculaire des ryth­mes biologiques. »

HORLOGE '.NTER.ME

Toutes les formes de vie pré­sentes sur terre ont en leur sein des mécanismes physiologiques plus ou moins complexes dont le rythme est étroitement associé au: temps qui passe, l'un des rythmes princi­paux étant celui dit circadien (de circa, autour, et diem, jour), d'une période, de vingt-quatre heures. C'est cette horloge interne qui règle notamment l'alternance veille-som­meil ainsi que de multiples para­mètres, de l'échelon moléculaire au comportement, qui y sont liés. L'al­tération de cette horloge est peut-être à l'origine de très nombreux symptômes et pathologies (déca­lage horaire, troubles du sommeil, fatigues diverses, affections psy­chiatriques, etc.). C'est dire l'impor­tance des résultats obtenus par les chercheurs américains dont les tra­vaux ont été notamment financés par l'Institut américain de la santé mentale, la National Science Foun-dation Center for Biological Timing (via son Clock Génome Project) et la multinationale pharmaceutique Bristol-Myers Squibb.

Au-delà de l'identification du gène Clock, l'un des résultats les plus surprenants.obtenus par les

 

chercheurs américains réside le grand nombre de tissus dan: quels ce gène « s'exprime ». ( expression est, comme on po le supposer, très élevée dans de gions de l'organisme connues être directement impliquées les rythmes circadiens (l'œi dans le cerveau, l'hypothalar Mais elle est également rétro dans d'autres zones cérébrales que dans les reins, les poumoi cœur, les ovaires ou les testic ce qui laisse penser que Clock un iôle-clé dans l'organisation porelle de la physiologie et du tabolisme des mammifi D'autres données laissent er supposer que la région chrorr mique où se situe ce gène est zone hautement conservée p les vertébrés.

« Ce travail ne constitue certe eh lui-même une originalité en tière de biologie moléculaire, milliers de gènes ont en effet jourd'hui été identifiés et clone revanche, il s'agit bien d'une p majeure dans le champ de la nobiologie, a déclaré au Mon professeur Georges Copinschi boratoire de médecine expert taie, service d'endocrinologie, versité libre de Bruxelles). L'in des rythmes circadiens dans la siologie des organismes viva longtemps été très.largement soi timé. n est frappant de constate sur de nombreux points le mod tuel d'organisation de la société les pays industrialisés n'en tien compte, qu'il s'agisse de réveil coce, de la disparition de la siei du travail posté, tant de chapitre sont à l'origine de dégâts cor rabies en terme de santé public La percée américaine foumira-l'occasion de mieux situer l'in tance de ces rythmes biologique  ou conduira-t-elle au contra chercher à les contrôler, à les maitriser par voie médicamenteuses....