Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Hulot et la cagoule verte sont responsables de cette mesure et de cette escroquerie

 

Fatigue et somnolence au volant : la Sécurité routière rappelle l'importance de prendre le volant ou le guidon en étant parfaitement reposé et de ne pas rallonger le temps de conduite

80

_homme-fatigue-au-volant

Somnolence-au-volant

1090123304

horloge-licence-iv

 

 

80 KM c’est de l’escroquerie sous l’heure d’ete de petain 1942

La somnolence au volant est la première cause d’accidents sur autoroute.

Attention danger ! Des signes d’alerte existent. Sachez les reconnaître et faites une pause sur une aire dès leur apparition.

Sur Somnolence-au-volant-fr vous trouverez tous les conseils et outils pour prendre la route en toute sécurité.

 

Sur autoroute, 1 accident mortel sur 3 est dû à l’endormissement du conducteur…

La somnolence(ou hypovigilance) correspond à un stade altéré de la vigilance. Elle se traduit à la difficulté à rester éveillé.

Comme la fatigue, le phénomène est tout d’abord cyclique, la vigilance oscillant entre éveil et somnolence. Mais tandis que la fatigue laisse le conducteur en état de réagir à des stimulis d’alerte, en cas de somnolence, tous les stimulis sont perçus comme atténués.

Elle représente un danger majeur au volant : elle entraîne des périodes de « micro-sommeils » (de 1 à 4 secondes) et un risque d’endormissement important quelle que soit la longueur du trajet.

Les signes précurseurs de la somnolence au volant :

-      sensation de paupières lourdes ;

-      envie de se frotter les yeux ;

-      nécessité de bouger ou de changer de position fréquemment ;

-      gêne visuelle ;

-      sensation d’avoir froid.

Lorsque l’un ou plusieurs de ces signes se manifestent, il faut s’arrêter dans un endroit sûr et faire une sieste de 10 à 15 minutes, ou encore passer le volant à un autre conducteur lorsque cela est possible.

Conduire en somnolant multiplie par 8 le risque d’avoir un accident corporel. Et il est impossible de lutter contre le sommeil.

Le café, la radio ou même la cigarette ne sont d’aucun secours en cas de somnolence.

Les facteurs de risque de somnolence :

Le rapport a été tronqué par le responsable Emmanuel Barbe qui a oublié volontairement la somnolence au volant

Le Parlement Européen a mis un terme a la directive européenne sur le changement d’heure sur la sécurité routière

L’ensemble de l’europe n’a qu’une simple d’heure d'été et non deux comme en france

La somnolence au volant n’a pas été prise en compte par les amis de pétain de la sécurité routière afin de rendre hommage au pétainiste collaborateur Papon

Les députés européens ont adopté une résolution, ce jeudi à midi, destinée à mettre fin au changement d’heure bisannuel dans l’Union européenne. Un vote obtenu à la majorité de 384 voix sur les 549 eurodéputés votants. La France serait alors à l’heure GMT + 1 toute l’année.La suppression du passage à l’heure d’été est plus importante qu’il n’y paraît aux yeux de Pavel Svodoba, eurodéputé tchèque du PPE (la droite européenne) : « En raison du changement d’heure, nous voyons plus d’accidents, plus de perturbations dans les familles et la société, plus de problèmes de santé… ».

Accidents de la route et troubles du sommeil

En cause, le manque d'évaluation claire des avantages et inconvénients de cette mesure sur le plan économique comme sanitaire.

« De nombreuses études, si elles n'aboutissent pas à des conclusions définitives, ont indiqué l'existence d'effets négatifs sur la santé des êtres humains " du changement d'heure saisonnier, soulignent les eurodéputés.

A l'origine de la résolution - qui demandait initialement l'abandon pur et simple du système, avant d'être finalement amendée - la députée européenne écologiste Karima Delli a mis en avant « les études démontrant un accroissement des accidents de la route ou des troubles du sommeil ".



Mardi 5 juin 2018, lors de sa séance du soir, le Sénat a débattu sur les conclusions du rapport d'information "Sécurité routière : mieux cibler pour plus d’efficacité", à la demande de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable et de la commission des lois.  

Jeudi 19 avril 2018,  Michel RAISON, Jean-Luc FICHET et Michèle VULLIEN ont présenté à la presse leur rapport sur la sécurité routière et la limitation à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, sous la présidence de Hervé MAUREY et Philippe BAS.