Cen'est qu'un au revoir -Andre Rieu-Concert-Auld Lang Syne

uva6

uvb

 

Heure d'ete de Petain l’intensité des rayons solaires sont de 14 à 18 h en Avril jusqu'au mois d'octobre ...

Les règles d'étiquetage européennes interdisent les termes "écran total" ou "protection totale" car aucun produit n'offre une protection totale contre les UV.

Avant de choisir la crème solaire qui vous acccompagnera cet été, lisez bien l'étiquette. Des descripteurs de la protection apportée ("faible", "moyenne", "haute" et "très haute") doivent en effet figurer sur les produits, rappelle la Commission européenne.
A ce jour, les règles d'étiquetage semblent bien suivies : 95% des produits solaires affichent le logo UVA et 96% des produits ont des niveaux de protection contre les UVA requis par l'Union européenne, selon l'association professionnelle européenne Colipa, qui représente l'industrie des produits cosmétiques et des parfums.
La Commission européenne rappelle aussi que les produits solaires ne sont qu'un des moyens pour se protéger du soleil. Elle rappelle qu'il faut éviter les expositions prolongées entre 11 heures et 15 heures, rester bien couvert en cas d'impossibilité de se mettre à l'abri du soleil, et ne pas exposer au soleil les bébés et les jeunes enfants.
Elle recommande d'appliquer les produits solaires en quantité suffisante et de répéter l'application après s'être baigné notamment.



Les types de rayons ultraviolets

Les rayons UV peuvent être divisés en trois types en fonction de leurs fréquences. Tous les rayons UV sont nocifs pour la peau. Les ultraviolets A (UVA - entre 215nm et 400nm) et les ultraviolets B (UVB - entre 280nm et 315nm) sont deux types de rayonnements capables d’endommager la peau. Les ultraviolets C (UVC), arrêtés par la couche d’ozone, ne parviennent pas jusqu’à nous.

  • Les UVA forment le gros du rayonnement ultraviolet. Actifs durant toute la journée, ils produisent un hâle rapide mais de courte durée. Le banc solaire émet minimum 6 fois plus de rayons UVA que la lumière naturelle du soleil dans un pays méditerranéen au cours de l'après-midi. Les UVA pénètrent profondément dans la peau et peuvent occasionner des dommages jusque dans les couches inférieures. Ces rayons provoquent brûlures, rides, taches cutanées, peau brune, lésions cutanées précancéreuses et cancers de la peau. 

  • Les UVB constituent une petite fraction du rayonnement ultraviolet. En Belgique, ces rayons sont surtout actifs entre 14 et 16 heures (heure d’été). Ils suscitent un bronzage plus lent mais plus durable. Les UVB du soleil endommagent la couche superficielle de la peau, provoquant brûlures et cancers.

  • Quant aux UVC, ils sont retenus par la couche d’ozone avant d’arriver jusqu’à nous. C’est heureux, car ils sont particulièrement dangereux pour la peau et les yeux.

  • De plus les ecrans solaires ne servent a rien et ne peuvent pas vous proteger contre les UV

  • La cagoule verte et les amis du maréchal Pétain de l'ADEME sont financés par l'Oreal


      

l'oreal solaire

 

 

 

UV-A-et-UV-1

uva 2

uva 3

uva 4

uva5

Conseils d'utilisation

Précautions d'emploi :
- La surexposition au soleil est dangereuse.
- N'exposez pas les bébés et les jeunes enfants directement au soleil.
- Ne restez pas trop longtemps au soleil même si vous utilisez un produit de protection solaire car il ne vous protège pas à 100%.
- Appliquez le produit juste avant de vous exposer au soleil.
- Renouvelez fréquemment et généreusement l'application pour maintenir la protection, surtout après avoir nagé, transpiré ou vous être essuyé.
- Évitez l'exposition aux heures d'ensoleillement les plus chaudes.
- Utilisez les produits de protection solaire adaptés à votre type de peau.
- Évitez le contour des yeux.
- En cas de contact avec les yeux, les rincer immédiatement et abondamment.
- Évitez le contact avec les textiles.

Condamné mercredi 13 mars en Suède pour publicité mensongère, le géant français de la cosmétique risque une amende de 120 000 euros.

Selon un communiqué de l'Autorité de défense des consommateurs suédoise, L'Oréal, le numéro un mondial du cosmétique risque une amende d'un million de couronnes soit 120.000 d'euros pour ses publicités qualifiées de "mensongères". En cause: sa campagne litigieuse sur des soins anti-rides concernent six crèmes: Vichy Liftactive CxP, Vichy Liftactiv Retinol HA, L'Oréal Revitalift, Age Perfect et Garnier Ultra Lift. 

Ce n'est pas une première pour L'Oréal. En 2010, la firme avait déjà été condamnée pour ses publicités mensongères publiées dans des magazines suèdois. Une leçon qui n'a visiblement pas été retenue, puisque la justice reproche aujourd'hui au fabricant d'avoir continué de vanter les capacités de ces crèmes à réduire les rides du visage ou à redonner à la peau une capacité à se régénérer, sans une base scientifique suffisante. 

 

Le cancer de la peau

La supplémentation en bêta-carotène ne protège pas la peau du soleil

En début d'étude, puis deux et quatre ans plus tard, le nombre de kératoses actiniques était évalué.

Ces lésions représentent un facteur prédictif majeur de la survenue ultérieure de cancers de peau, surtout des carcinomes spinocellulaires et basocellulaires.

Globalement, les auteurs constatent que l'application quotidienne d'une protection solaire retarde l'apparition de nouvelles lésions cutanées, particulièrement au cours des deux premières années. Plus finement, le nombre de kératoses actiniques a augmenté de 57 % dans le groupe des sujets utilisant la crème solaire à leur convenance, contre 20 % chez ceux qui avaient l'obligation de l'appliquer tous les jours. La prévention relative calculée par les chercheurs est de 24 %. Mais il faut tenir compte du fait que dans un environnement subtropical, les écrans solaires ne peuvent pas empêcher complètement les lésions. En revanche, comparée au placebo, la supplémentation en bêta-carotène n'a eu aucun effet sur la quantité de nouvelles lésions.



Comment agissent les rayons UVA ?

En attaquant les tissus élastiques de la peau, les UVA font apparaître des rides et accélèrent le vieillissement de la peau. On sait aussi qu’une accumulation de rayons UVA affaiblit les défenses de la peau et réduit l'efficacité de son immunité. Les cellules anormales qui naissent ne sont plus détruites et peuvent se multiplier librement.

Cela pourrait expliquer le développement de certains cancers de la peau. Les UVA favorisent par ailleurs la formation de radicaux libres (des substances chimiques très agressives) à l'intérieur des cellules. S’ils ne sont pas immédiatement neutralisés, les radicaux libres s’attaquent aux molécules d’ADN. Les dommages subis à ce niveau s’accumulent et finissent par déboucher sur un cancer. Les bancs solaires utilisent principalement ces rayons, mais à des doses beaucoup plus élevées que dans la lumière naturelle.

Comment agissent les rayons UVB ?

Les UVB colorent la peau et, à forte dose, la brûlent. Les UVB brisent aussi le support de notre patrimoine génétique, la double chaîne d’ADN. Ces ruptures peuvent perturber le fonctionnement des gènes qui contrôlent la division cellulaire. Les dommages occasionnés à l’ADN pourraient notamment être à l’origine d’un affaiblissement du système immunitaire.

Il est également possible que les deux phénomènes – perte du contrôle de la division cellulaire et affaiblissement de l'immunité – se renforcent mutuellement et favorisent ainsi l'apparition du cancer.

Degré de réflexion

Le rayonnement UV est intensifié quand il se reflète sur le sable et sur l'eau (10 à 20 pour cent de réflexion). La réflexion sur la neige et sur la glace atteint même 80 à 90 pour cent.

Comment s’en prémunir?

Pour se prémunir des cancers de la peau, les messages de prévention incitent, entre autres, à utiliser de la crème solaire pour protéger sa peau. Or, pour ce qui est du mélanome –le cancer de la peau le plus tueur, rappelons-le– la science reste incertaine. «Nous manquons d’études démontrant clairement que l’utilisation de la crème solaire diminue le nombre de mélanomes», affirme le Dr Gaide. Les spécialistes ne découragent pas son utilisation pour autant. «Mais si le seul message de protection contre le mélanome que le public entend est qu’il faut mettre de la crème, il est faux», résume le médecin. Ce message est en effet réducteur.

«Notre recommandation est beaucoup plus globale, poursuit le médecin. Il s’agit de consommer le soleil avec modération et avec tous les moyens de protection disponibles.» Pour prévenir le cancer, pas question de s’enduire de crème et de lézarder des heures en plein cagnard. Il faut limiter l’exposition, éviter les heures les plus chaudes de la journée et chercher l’ombre. «Entre midi et deux, aux Caraïbes, même la crème solaire la plus forte sera insuffisante», sourit Olivier Gaide.

Deuxième ligne de défense: porter des vêtements au tissage serré qui couvrent le corps, de même qu’un chapeau à large bord qui protège le visage et la nuque du soleil. «Une étude allemande a comparé la protection fournie à des enfants par des T-shirts anti-UV et de la crème solaire, détaille le dermatologue. Les résultats étaient sans appel en faveur des vêtements.» On le comprend d’ailleurs intuitivement: après deux heures dans l’eau, un T-shirt de surf fournit toujours le même écran à votre peau. Ce n’est pas le cas de la crème solaire qu’on devrait de toute manière réappliquer toutes les deux heures et après la baignade.



Cancer de la peau lié à l’apparition d’autres cancers

 

On le savait déjà, mais une nouvelle étude le confirme : il faut protéger sa peau du soleil. Les travaux, étalés sur 20 ans, montrent que l'apparition d'un cancer de la peau favorise le développement ultérieur d'autres cancers.

Avec l'été qui approche, on n'a qu'une hâte : prendre des couleurs au soleil ! Mais attention, une exposition prolongée peut entraîner des dégâts importants, surtout pour les personnes à la peau blanche. En effet, les rayons ultraviolets sont la principale cause de cancers de la peau. Ces derniers peuvent être divisés en deux catégories : les non-mélanomes, et les mélanomes, bien agressifs et susceptibles de produire des métastases. Leur incidence augmente chaque année, en particulier chez les Caucasiens.

Le risque du soleil pourrait être encore plus grand qu'envisagé. D'après une étude publiée dans Plos Biology, un cancer de la peau sans mélanome favoriserait l'apparition d'autres cancers. Ces travaux ont été réalisés par une équipe américaine de l'Harvard Medical School de Bosto



Risque accru de développer d'autres cancers

Les chercheurs ont employé les grands moyens et ont suivi environ 150.000 personnes, principalement des femmes, pendant plus de 20 ans. Leurs résultats montrent que les personnes atteintes d'un cancer de la peau sans mélanome ont une chance accrue de développer un cancer plus tard dans leur vie. Le risque augmente de 26 % chez les femmes, et de 15 % chez les hommes.

Pourquoi un premier cancer de la peau favorise-t-il l'apparition d'une autre tumeur ? La réponse n'est pas claire. Selon certains scientifiques, le cancer de la peau altérerait la machinerie cellulaire impliquée dans la réparation des dommages de l’ADN. Cela expliquerait pourquoi les personnes ayant souffert de cette pathologie sont plus fragiles. Cette hypothèse paraît probable, mais des preuves scientifiques sont nécessaires.

Cette nouvelle étude met en lumière l'impact de cette maladie sur notre santé. Elle renforce l'idée qu'une exposition sans protection au soleil nuit fortement à la santé.



Comme le soleil, les cabines UV présentent un risque pour la santé et peuvent déclencher des cancers de la peau.