accident_de_la_route

discours_de_Pavel_SVOBODA__2_

 

 

sommeil 2

somnolence

somnolence-3

 

Vous enlever 2h au dessin et vous comprendrez l'escroquerie des amis du Marechal petain de la securite routiere a midi on mange et a 3h du matin on dort ...

80 km

Johnny Hallyday - Le chant des partisans (mai 1998)

Le 80 Km/h c'est comme l'heure d’été c'est une escroquerie de crapule d’État et des amis du Marechal petain de 1942

Passage à l'heure d'été : un soulagement pour de nombreux automobilistes

Les pétainistes de la sécurité routière glorifie l'heure de Pétain de 1942

Le négationnisme est interdit en France sauf pour la sécurité routière

Prendre le volant la nuit fait peur à huit conducteurs sur dix. Heureusement, les jours rallongent !

Chaque année, c'est la même chose, le changement d'heure du printemps hérisse le poil des gros dormeurs. Perdre une heure de sommeil les désespère, même si c'est pour le bien de la planète... Mais pour les automobilistes, c'est l'inverse. En tout cas pour les huit automobilistes européens sur dix qui, selon l'étude diffusée par le constructeur automobile Ford, déclarent avoir peur de conduire la nuit.

 Aucun texte ne désigne précisément le fait de conduire fatigué. Une sanction peut toutefois être prononcée sur la base de l’article ci-dessous (Art. R 412-6 CR) : « Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. »

l'heure d'ete favorise la somnolence et vous pouvez evoquer les ordonnances du 3 juillet 1943 et du 9 aout 1945  par l'Ordonnance du 14 aout 1945 qui interdisent cette heure d'ete et cela rend le PV illégal 

 

Le non-respect de ce principe est sanctionné d’une amende de 35€.

Pour eux, et plus particulièrement encore pour les femmes (elles sont 87 % à le craindre), prendre le volant à la nuit tombée est une source de stress, ils craignent d'être impliqués dans un accident.

 

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a été auditionné par les sénateurs ce 24 janvier 2018. Décryptage de la séance... 

La question

 

A la barre M. Emmanuel Barbe, face à lui une cinquantaine de sénateurs très en colère, et bien décidés à recevoir des éclaircissements. M. Philippe Bas, président de la Commission des lois, ouvre la séance en ces termes :

"Nous avons demandé à M. Barbe de venir s'expliquer sur la décision gouvernementale et en particulier sur l'interdiction de circuler à plus de 80 km/h sur les départementales ; le souci de sécurité routière n'autorise pas à accepter des décisions nouvelles sans inventaires, l'évaluation des résultats qui a été faite mérite d'être très sérieusement étayée. Les expérimentations, très modestes, qui ont été effectuées n'ont pas donné lieu à la publication de leurs résultats ! Sans doute n'étaient-elles pas suffisamment significatives... "

Une question claire, nette et précise, qui réclamait une réponse du même ordre. Pas gagné...

 

La dérobade

 

C'est donc sous un coup de massue bien asséné que le délégué s'est ouvert sur le contenu du tout dernier CISR (Comité interministériel de sécurité routière), en arguant de la portée et des bienfaits envisageables des 18 nouvelles mesures. Comme à la parade et avec une application non dissimulée, M. Barbe s'est alors longuement étendu sur les raisons de ne pas téléphoner au volant, sur la nécessité de ne pas boire au volant, sur l'évidente obligation du bien conduire avant de déclarer souhaiter revenir "très rapidement" sur l'affaire du 80 km/h.

Et comme à son habitude de déclarer tout de go : "La vitesse est le seul facteur causal d'accident : sans vitesse pas d'accident, c'est une évidence.... " Ce qui ne manqua de déclencher une hilarité teintée d'indignation dans l'Hémicycle, vite stoppée par le cinglant rappel de M. Bas : "Messieurs, nous allons laisser à M. Barbe toutes les chances de nous convaincre."

 

LA MERIDIENNE  
ASSOCIATION POUR LE RETABLISSEMENT DE L'HEURE MERIDIENNE
B.P. 831                       
26008 VALENCE CEDEX                                  FRANCE





COMMUNIQUE DE PRESSE                                                                       

 
La période de pointe des accidents graves se situe, le matin, entre 
2h et 5h solaires, soit entre 4h et 7h lues à nos montres . Avis aux travailleurs de nuit et aux automobilistes ! 
Selon le professeur Jacques Revel, l'heure dite 'd'été' impulse un rythme biologiquement très mauvais : 
'On ne peut pas rêver que l'on tord le cou de sa belle mère et conduire en même temps*.' 
Une autre période critique,il s'agit d'une fatigue biologique fondamentale où la propension au sommeil est grande quel que soit l'âge, a lieu entre 
11h et 14h solaires, soit entre 13h et 16h selon l'heure officielle !
La période qui suit le changement d'heure du printemps s'accompagne d'une recrudescence des accidents de la route estimée entre 8 et 11%.
La somnolence au volant ** est l'un des effets pervers majeurs de ce système horaire qu'on nous impose arbitrairement depuis 
1976, le gouvernement prévoit de la sanctionner, or les usagers de la route ne sont nullement responsables de cette aberration ! 
Pour sauver des vies, pour contribuer à la sécurité de tous sur la route,  Mesdames et Messieurs les député-e-s, remettez la France à l'heure solaire moyenne de son fuseau horaire, la seule heure que notre horloge interne et notre corps reconnaissent (Etude EUCLOCK 2007).
Entre des économies d'énergie estimées à 2 euros par an et par personne et le nombre de morts sur la route, il faut choisir.

LA MERIDIENNE 
 
*   Le sommeil paradoxal dans les derniers cycles du sommeil du matin a un rôle capital de défoulement, c'est lui qui nous permet de nous réveiller
frais et dispos pour la nouvelle journée qui commence.
 
** ALERTE A LA SOMNOLENCE : 'Je somnole, tu somnoles..Dans notre pays, le verbe somnoler pourrait presque se conjuguer à toutes les personnes, tant le phénomène est répandu.' (VALEURS MUTUALISTES mai/juin 2011)

 




De : Ligue des Conducteurs <newsldc@liguedesconducteurs.org>
Envoyé : mercredi 6 décembre 2017 10:55
À : BAUER
Objet : TR: ALERTE/L'abaissement à 80 km/h sur route, c'est confirmé !

 

Face à l’urgence de la situation, nous nous permettons de vous renvoyer ce message que vous n’avez peut-être pas vu.

Signez la pétition si ce n’est déjà fait, puis transférez ce message à tout votre carnet d’adresse.

Notre pétition dépasse déjà 1,7 million de signatures. Nous devons atteindre le plus vite possible 2 millions de signatures
pour empêcher cet abaissement de vitesse absurde et doublement punitif : une circulation encore ralentie et une explosion de PV !

Par avance merci.

L’équipe de la Ligue de Défense des Conducteurs




 

C'est le cas de Monique, 59 ans, qui ruse pour limiter ses déplacements en voiture une fois la nuit tombée. «Sinon, j'ai l'impression que je ne vois plus rien, que n'importe quoi ou n'importe qui peut surgir dans mes phares. En plus, on est sans cesse aveuglé par les autres automobilistes. Quand les jours rallongent, je suis soulagée.»

 

L'angoisse de percuter un piéton

 

Comme elle, pour un conducteur sur cinq, c'est l'éventualité de percuter un piéton qui les angoisse. Et plus particulièrement à notre époque frappée de «téléphonomanie». «A toute heure, les piétons parfois distraits par les smartphones peuvent traverser la chaussée sans avertissement. Quand l'obscurité s'installe, cela laisse encore moins de temps aux conducteurs pour réagir et éviter un accident», juge Gregor Allexi, ingénieur de Ford Europe en charge de la sécurité.