encoder5 20180916141541 1 2091000 5059000

 

pluies acides cout

senat 1

 

pollution atmopsherique reponse officielle

 

heure d'ete royal

 

ozone commission

 

europe petition

santé 3

europe petition 2016

ozone-formation

pollution heure d'ete

hulot2

Cen'est qu'un au revoir -Andre Rieu-Concert-Auld Lang Syne

 

petition_2015

petition_2017

commissaire_europ_en_plainte_No2

reponse_plainte_europe

question_ecrite_gouvernement

 

 

 

Hulot le cagoulard et le bonimenteur du Ministère de la nécrologie

falsifie les documents avec ses amis

 

 

ommissariat général au développement durable (CGDD)

 

le commissariat général au développement durable (CGDD) éclaire et alimente, par la production de données et de connaissances, l’action du ministère sur l’ensemble de ses champs de compétences.

 

Il produit l’information statistique, est en relation avec le monde académique et mobilise la recherche et les travaux de prospective au service des politiques publiques.Il élabore et diffuse de nombreuses publications, dans deux grandes familles de collection : Datalab, pour faire état des connaissances à un instant donné (données et chiffres-clés) et Théma, pour rendre compte de travaux d’études et d’expertise.Pour faciliter la mise en œuvre des politiques de transition, il propose des outils d’intervention publique innovants.

Le Commissariat général aux questions juives (CGQJ) était un organisme administratif chargé de préparer et d'appliquer la politique discriminatoire du régime de Vichy vis-à-vis des Juifs de France, pendant l'occupation de la Francepar l'Allemagne nazie. Il était dirigé par Xavier Vallat puis, en mai 1942 au moment de la mise en place de la déportation en France occupée, par Louis Darquier de Pellepoix.

 

Haut-commissaire à l’Économie nationale (créé le 15.9.1939) (Daniel Serruys)

 

Commissaire général à l’Information (à partir du 19.6.1939)  (Jean Giraudoux)

 

Commissariat général au Ravitaillement (créé le 18.6.1940) .Intendant du général Bernard

 

Haut-commissariat à la Propagande française (créé le 19.6.1940) ……………Jean Prouvost

 

 

 

 

Nous pouvons découvrir les bonimenteurs du ministère de la nécrologie qui falsifient les données depuis des années

En effet nous pouvons découvrir qui ne respecte pas le seuil maximum de 200µg/m3 d'air sur 1h

Les amis du marechal petain de l'ADEME apllique un seuil qui n'existe pas pour échapper aux alertes en appliquant un seuil de 400µg/m3 d'air sur 1h

C'est une honte que de jouer avec la santé des gens sans la moindre poursuite judiciaire

De plus les bonimenteurs de la nécrologie remettent en cause les conclusions du GIEC sur la responsabilité des activités humaines

Le dioxyde d'azote réagit avec l’intensité des UV même en Hiver cela augmente la pollution émise

De plus le dioxyde d'azote s'aggrave l'hiver et non l’été par le froid

Pas un mot sur l'acide nitreux par ses bonimenteurs escrocs de l'ADEME et du cagoulard Hulot complice de ce crime

Acheter les médias par la pub c'est une mesure de la SOFIRA de 1942 avec le logo ADEME

l'acide nitreux

A l'occasion de travaux, dont un extrait est paru dans l'édition courante du journal Nature, des chercheurs européens ont mis en évidence une nouvelle source de production de l'acide nitreux, ce composé qui interagit avec la lumière pour produire des radicaux hydroxyle et participe ainsi à la production d'ozone dans les couches basses de l'atmosphère sous l'influence de l'Heure d’été en déplaçant les activités humaines

Si l'ozone de la stratosphère nous protège efficacement des rayonnements solaires - en filtrant les rayons ultraviolets - et présente ainsi un effet bénéfique, ce n'est pas le cas de l'ozone présent dans les couches basses de l'atmosphère, qui participe activement à la pollution de l'air.

Alors qu'on supposait que l'acide nitreux (HNO2) ne se formait qu'à la faveur de la nuit, des mesures fines menées par l'université de Wuppertal, en Allemagne, ont révélé l'existence d'une surproduction diurne de ce composé, et des concentrations nettement supérieures aux prédictions.

Des chercheurs du Laboratoire d'application de la Chimie à l'Environnement de Villeurbanne, en collaboration avec l'université de Wuppertal et l'Institut Paul Scherrer, en Suisse, sont parvenus à déterminer l'origine de cette surproduction. Ils publient leurs résultats dans l'édition du 9 mars du journal Nature, et révèlent que la photoréduction du dioxyde d'azote (à l'origine de la production d'acide nitreux) est facilitée par l'absorption du rayonnement lumineux par les substances humiques - des composés obtenus par décomposition de la matière organique biogène - présentes à la surface de la Terre.

Ces substances humiques se trouvant en fortes quantités dans les zones rurales, mais également dans les villes, la surproduction diurne d'acide nitreux qu'engendre ce phénomène est non négligeable : en effet, selon les chercheurs, il serait responsable de la moitié des radicaux hydroxyles produits dans les milieux citadins..

L'existence d'une source de production d'acide nitreux (HNO2) inconnue à ce jour : en présence de lumière, le dioxyde d'azote réagit sur des surfaces contenant des composés organiques (de type substance humiques) pour produire ce gaz observé depuis plus de vingt ans dans les environnements pollués et intervenant dans le cycle de formation de l'ozone. Cette production possède un impact potentiel sur la chimie de la troposphère, et peut modifier en quantité et en qualité la description de la pollution dans les basses couches atmosphériques

Le fait de déplacer nos activités par rapport au soleil augmente heure par heure sous l'intensité des UV

Les transports et l'Agriculture n'ont aucune incidence sur cette pollution

Mais les amis du Marechal petain montrent du doigt notre économie qui nous procurent de la richesse pour notre pays

Cette organisation de 1940 ne produit aucune économie et elle fait dépenser plus de 100 milliards d'euros au pays pour garder un symbole de la collaboration

 

La pollution de l’air par les oxydes d’azote (NOx)

Les NOx regroupent le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Les émissions de NOx, principalement issues du secteur des transports, ont baissé de 49 % depuis 2000. Sur la même période, les concentrations en NO2dans l’air ont également diminué, mais dans une proportion plus faible. Les normes de qualité de l’air pour la protection de la santé à long terme ne sont pas respectées en 2016 sur 7,5 % des stations de mesure, en totalité situées à proximité du trafic routier. Néanmoins, ce pourcentage a baissé depuis 2000 dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants. Aucun épisode de pollution au NO2 d’ampleur nationale n’est mesuré en 2016.


L’évolution des concentrations de NO2


La moyenne annuelle des concentrations en NO2 a diminué de façon progressive depuis 2000 pour tous les types de stations confondus (fond urbain, fond rural, à proximité d’industries et à proximité du trafic routier), avec une année 2003 atypique.

En 2016, la moyenne annuelle en fond urbain est de 19 µg/m3 contre 39 µg/m3 à proximité du trafic routier. À proximité du trafic routier, les concentrations moyennes annuelles sont 2 fois plus élevées qu’en fond urbain.

 

Les concentrations de NO2 en 2016

Le NO2 étant émis principalement par le trafic routier et les activités industrielles, les concentrations les plus fortes sont localisées sur les zones urbanisées comme Paris, Lyon et la région marseillaise. Des concentrations assez importantes sont également présentes autour des grands axes routiers comme dans la vallée du Rhône. En 2016, les concentrations moyennes annuelles de fond les plus fortes sont localisées en Île-de-France ; elles restent cependant juste en dessous de la norme annuelle pour la protection de la santé à long terme.

Des cartes à l’échelle urbaine représentant les situations d’exposition au trafic routier sont réalisées par les Aasqa dans les grandes agglomérations, telles que Montpellier. Ainsi, des dépassements non mis en évidence au niveau national sont détectés sur les principaux axes routiers de l’agglomération montpelliéraine.



Les températures froides et les faibles épaisseurs hivernales de la couche limite atmosphérique (couche de l’atmosphère en contact direct avec la surface terrestre et dont l’épaisseur varie entre une centaine de mètres et quelques kilomètres) sont principalement responsables des différences saisonnières sur les concentrations en NO2. Les conditions hivernales favorisent en effet l’accumulation des polluants à proximité du sol, notamment lors des situations anticycloniques persistantes. L’été, la dispersion verticale est plus importante, permettant une dilution du NO2 plus efficace dans la basse couche de l’atmosphère, améliorant ainsi la qualité de l’air dans les villes. Néanmoins, la répartition géographique des sources ne varie que très peu, et les zones les plus affectées demeurent les mêmes d’une saison à l’autre.


La situation 2016 au regard de la réglementation

En 2016, la norme annuelle pour la protection de la santé à long terme n’est pas respectée sur 7,5 % des stations de mesure, toutes situées à proximité du trafic routier et quasi exclusivement dans des agglomérations de plus de 50 000 habitants. 16 agglomérations sont concernées sur les 182 qui font l’objet de mesures en 2016 : Chamonix-Mont-Blanc, Clermont-Ferrand, Fort-de-France, Grenoble, Lyon, Marseille - Aix-en-Provence, Montpellier, Nice, Nîmes, Paris, Reims, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Valence et Vienne.

La norme horaire pour la protection de la santé à long terme n’est également pas respectée sur trois sites localisés à proximité du trafic routier dans les agglomérations de Chamonix-Mont-Blanc et Paris.
 

En ce qui concerne les concentrations de NOx, aucun dépassement de la norme pour la protection de la végétation, fixée à 30 µg/m3 en moyenne annuelle, n’est observé en site de fond rural.

Sur la période 2000-2016, le pourcentage de stations de mesure ne respectant pas la norme annuelle en NO2 pour la protection de la santé à long terme a baissé dans les agglomérations de 50 000 à 250 000 habitants (- 54 %) et dans celles de plus de 250 000 habitants (- 48 %). En 2016, ces pourcentages sont respectivement de 3,1 et 16 %. Les stations concernées sont toutes situées à proximité du trafic routier.
 


L’évolution des émissions de NOx

Les NOx sont essentiellement émis par des processus de combustion. En 2016, les sources principales sont les transports (62 %) puis l’industrie (18 %). Les émissions de NOx ont diminué de près de moitié sur la période 2000-2016, grâce aux progrès réalisés dans tous les secteurs excepté le résidentiel/tertiaire. Pour le secteur des transports routiers, les améliorations observées s’expliquent par le renouvellement du parc de véhicules, par l’équipement progressif des véhicules particuliers en pots catalytiques depuis 1993 et par le développement d’autres technologies de réduction des émissions. Ces différentes avancées ont permis de contrebalancer l’intensification du trafic et l’accroissement du parc. La baisse des émissions du secteur des transports est à mettre en parallèle de la mise en place de normes européennes d’émissions sur les véhicules.
 


Les effets sanitaires et environnementaux des NOx

Les NOx participent à la formation de l’ozone sous l’effet du rayonnement solaire et contribuent à la formation des particules de diamètre inférieur à 10 µm et inférieur à 2,5 µm. Ils concourent également au phénomène des pluies acides ainsi qu’à l’eutrophisation des eaux. L’eutrophisation correspond à l’enrichissement excessif des cours d'eau et des plans d'eau en éléments nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote, qui constituent un véritable engrais pour les plantes aquatiques. Elle se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la décomposition provoque une diminution notable de la teneur en oxygène. Parmi les NOx, le NO2 est la substance la plus nocive pour la santé humaine et ses niveaux sont réglementés dans l’air ambiant. Le NO2 est une substance fortement irritante des voies respiratoires. Les personnes atteintes de maladies respiratoires, les enfants et les adultes de plus de 65 ans semblent y être plus sensibles.

Voir aussi :

  • Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique) - Données officielles des inventaires d’émissions en France.

  • LCSQA (Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air)

  • Décision de la Commission européenne - Décision de la commission du 22 février 2013 relative à la notification par la République française du report du délai prévu pour respecter les valeurs limites fixées pour le NO2 dans 24 zones de qualité de l'air.

Mis à jour le 23/10/2017