reponse_ozone

reponse_senat

reponse_ozone_1

recommandation_1432_europe

petition_europe

petition_europe_2015

petition_changement_d_heure_2015

heure_d_ete_1942__1_

ozone 3

ozone-formation

plantes-et-pollution-de-lair_03

shema3

col_salese_2014

effet-vegetation1

effet-de-serre

Hymne Européen - European Anthem - Europahymne - Himno Inno Europeo - Hino Europeu - HD / HQ

 

111306546

839322834

111306544

111306539

1193429692

L heure d’été favorise l'aggravation de l'Ozone et du dioxyde d'azote

Ces deux polluants sont très réactifs aux UV....

Ce facteur aggrave l'utilisation des produits phytosanitaires et sans diminution des gaz a effet de serre Ozone et dioxyde d'azote sans un coup d’épée dans l'eau ….

L'Ozone, un gaz nocif pour les êtres humains et les plantes

 

Incolore et inodore, l'ozone (O3) est un gaz très réactif dont la molécule est composée de trois atomes d'oxygène. Il se forme par réaction chimique dans la haute atmosphère, lorsque des oxydes d'azote (NOx) et des composés organiques volatils (COV) entrent en contact avec le rayonnement solaire et accentuée par l'Heure d'ete dans une atmosphère chaude.

Sources d'ozone

L'ozone est présent dans deux couches de l'atmosphère, et a des effets distincts selon la couche en question. L'ozone qui se forme naturellement dans la haute atmosphère joue un rôle protecteur contre les effets nocifs du rayonnement ultraviolet du soleil. C'est le « bon » ozone. Dans la basse atmosphère, toutefois, il est un polluant invisible, qui est nocif pour l'être humain, les animaux, les plantes et les matériaux artificiels.

L'ozone de la basse atmosphère est l'un des principaux ingrédients du smog. Il se forme lorsque des gaz, tels les oxydes d'azote (NOx), réagissent avec des composés organiques volatils (COV) en présence de chaleur et du rayonnement solaire et accentuée par l'Heure d'ete par le déplacement des activités humaines vis a vis du soleil C'est pourquoi le smog est davantage un problème pendant les journées chaudes de l'été avec l'heure d’été 2h d'avance sur le soleil

 

Les oxydes d'azote sont produits par le brûlage de combustibles fossiles, tels le charbon, le pétrole, l'essence et le carburant dans les véhicules automobiles, les usines, les centrales électriques et les habitations. Ils comprennent les gaz contenant du carbone, qui sont créés par le brûlage d'essence et de solvants. Des études ont montré que l'ozone de la basse atmosphère est présent dans l'air de tous les grands centres urbains en France à une concentration suffisamment élevée pour pouvoir nuire à la santé. La région PACA est particulièrement touché en raison de sa situation géographique, et de la chaleur méditerranéenne aggravée par l'heure d’été

La concentration de l'ozone dans l'air atteint habituellement un sommet de mai à octobre, parce que cette période de l'année est caractérisée par des températures élevées, en plus de l'utilisation imbécile de l'Heure d’été avec un bon ensoleillement et la présence de masses d'air stagnant, ce qui donne lieu à une concentration d'ozone malsaine dans de nombreuses régions

 

L'ozone est un polluant atmosphérique dont la concentration augmente régulièrement dans la basse atmosphère (troposphère). Contrairement à ses effets sur la santé humaine, qui commencent à être connus du grand public, ses effets sur la santé des plantes sont encore assez peu médiatisés. Pourtant, tout comme les animaux, les végétaux sont sensibles aux propriétés oxydantes de ce polluant

L'ozone appauvrit la capacité qu'ont les plantes sensibles de produire et d'emmagasiner des éléments nutritifs, ce qui accroît leur vulnérabilité à certaines maladies, aux insectes, aux polluants, aux conditions météorologiques rigoureuses et aux plantes qui leur font concurrence

.ozone endommage les feuilles des arbres et celles d'autres plantes, ce qui enlaidit la végétation urbaine, les parcs nationaux et les aires de loisirs.

L'ozone diminue le rendement des cultures et la croissance des forêts, ce qui peut appauvrir la diversité des espèces dans les écosystèmes.

Les effets de l'ozone étant ressentis par les plantes, l'économie en subit les conséquences tant dans le secteur agricole que dans le secteur forestier. Les dommages causés aux bâtiments et aux infrastructures sont parmi les autres coûts pour l'économie qui sont imputables à l'ozone.

La plupart des végétaux sont sensibles à l'ozone, mais cette sensibilité s'exprime à des degrés très différents d'une espèce à l'autre et même entre individus d'une même espèce. Les études expérimentales montrent que les espèces les plus vulnérables sont le blé, le soja, la laitue, l'oignon, la tomate, le tournesol et certaines légumineuses comme le haricot. La pomme de terre, le tabac, le colza et la betterave paraissent un peu moins sensibles, tout comme le maïs, alors que le riz et la vigne sont assez peu sensibles. Enfin, des espèces comme l'orge, le seigle et quelques arbres fruitiers comme le prunier semblent bien résister à l'ozone. Les effets de l'ozone sur les espèces « sauvages » restent encore assez mal connus.

C'est principalement au niveau des feuilles que les plantes réalisent leurs échanges avec l'atmosphère, par de minuscules orifices présents à la surface des épidermes : les stomates. Les polluants atmosphériques diffusent à travers ces ouvertures vers l'intérieur de la feuille et leur impact est d'autant plus important que la quantité absorbée par la feuille est grande. La quantité de polluant absorbée dépend donc à la fois de la concentration en polluant dans l'air et du degré d'ouverture des stomates, qui est contrôlé par de nombreux facteurs physiques et physiologiques (rayonnement solaire, température, humidité de l'air, état hydrique, etc.).

L'ozone est un oxydant puissant, qui réagit directement avec les composés chimiques présents à la surface des cellules végétales (parois et membranes). Les produits issus de ces réactions sont encore mal connus, mais certains peuvent également être toxiques pour les plantes. En réponse à ces oxydations, les impacts sur les végétaux sont de deux types :

Les dégâts foliaires sont les plus spectaculaires. Ils se manifestent par l'apparition de tâches ou de nécroses à la surface des feuilles. On les observe habituellement après un « pic » de pollution (période pouvant durer de quelques heures à quelques jours pendant laquelle la teneur en ozone de l'air atteint des niveaux assez élevés en milieu de journée). Cependant, l'impact sur le fonctionnement des plantes reste limité si seulement une faible proportion de la surface des feuilles est endommagée.

Il existe des variétés de trèfle et de tabac très sensibles à l'ozone : des nécroses apparaissent à la surface de leurs feuilles après quelques heures d'exposition à l'ozone, même à des concentrations relativement modestes (de l'ordre de 25 ppb, soit 50 µg/m³). Ces variétés sont couramment utilisées lors d'opérations de biosurveillance de la qualité de l'air.

Ce sont des perturbations du métabolisme sans dégâts apparents, mais qui conduisent à une une diminution de la croissance ou de la productivité des cultures.

Les principaux dommages sont dus à :

la réduction de la photosynthèse 
La photosynthèse est le phénomène par lequel les plantes utilisent l'énergie du soleil pour fabriquer une partie de leur biomasse (des sucres) à partir du gaz carbonique de l'air (CO2) et de l'eau prélevée dans le sol par les racines.

l'augmentation de la respiration 
Une partie des sucres élaborés par la photosynthèse est consommée par la respiration pour fournir l'énergie nécessaire à la réparation des tissus abîmés par l'ozone.

Ces deux effets sont les principaux responsables de la diminution de la croissance des plantes.

 

111306546

740602831

europe petition 2016

europe petition

pollution heure d'ete