reponse senat espagne

pollution heure d'ete

santé 2

ozone-formation

Hymne Européen - European Anthem - Europahymne - Himno Inno Europeo - Hino Europeu - HD / HQ

2648876377

heure d'ete heure volee

ozone france

reponse_ozone

 

Effets de l’ozone sur la santé aggraves par l'heure d' été

Ozone (O3)

Valeurs recommandées

O3
100 μg/m3 moyenne sur 8 heures

Sur la base de liens récemment établis entre la mortalité journalière et la concentration d’ozone dans l’air, la valeur seuil d’ozone préconisée dans les Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air a été abaissée par rapport à celle des éditions précédentes qui s’élevait à 120 µg/m3.Effets sur la santé
À des concentrations trop élevées, l'ozone a des effets marqués sur la santé de l'homme. On observe alors des problèmes respiratoires, le déclenchement de crises d'asthme, et des AVC une diminution de la fonction pulmonaire et l'apparition de maladies respiratoires. En Europe, on considère actuellement que l'ozone est l'un des polluants atmosphériques les plus préoccupants. C'est ainsi que plusieurs études européennes ont signalé un accroissement de la mortalité quotidienne de 0,3% et des maladies cardiaques de 0,4% pour chaque augmentation de 10 μg/m3 de la concentration en ozone

 

Attention la FRANCE et l'ADEME refuse de surveiller ce seuil a cause de l'Heure d’été de Petain 1942 qui favorise ce polluant

En effet le fait de déplacer les activités humaines par rapport au soleil aggrave ce polluant

Le Parlement européen est saisi de ce problème et la recommandation 1432 confirme ces points



Canada

Les lignes directrices pour l'air intérieur résidentiel de Santé Canada

Santé Canada a développé une ligne directrice pour la qualité de l'air intérieur des résidences pour l'ozone. La ligne directrice recommande un niveau maximal d'ozone pour une exposition à long terme (durant plusieurs jours) de 20 parties par milliard (ppb) (40 µg/m³), basée sur une moyenne d'exposition de 8 heures.

La limite d'exposition à long terme vise à protéger contre les effets respiratoires, tels que la dyspnée, pouvant être causés par une exposition prolongée à l'ozone.

Les niveaux d'ozone dans la plupart des résidences canadiennes sont bien en dessous de ceux recommandés par Santé Canada et ne représentent pas une préoccupation pour la santé des résidents.

Prévenir ou régler les problèmes liés à l'ozone

  • Fermez vos fenêtres lorsque le niveau d'ozone est élevé, surtout l'après-midi où il est à son maximum.

  • Pas de purificateurs d'air! Santé Canada met les consommateurs en garde contre l'utilisation domestique de générateurs d'ozone.

Pourquoi utiliser un purificateur d'air?

Les purificateurs d'air sont conçus pour éliminer les impuretés de l'air. Ils peuvent être utiles, mais ne peuvent éliminer toutes les sources de polluants et ne sont donc pas reconnus comme étant l'unique moyen d'améliorer la qualité de l'air intérieur.

Il existe plusieurs types de purificateurs d'air sur le marché. Santé Canada met en garde contre l'utilisation domestique de purificateurs d'air conçus pour produire de l'ozone - en raison des effets possibles sur la santé de l'exposition à des niveaux élevés d'ozone. À de plus faibles concentrations - reconnues comme étant sans danger pour la santé - l'ozone est peu efficace quant à l'élimination des polluants de l'air intérieur.

Les dispositifs qui produisent de l'ozone incluent des appareils portables de la taille d'une boîte à pain, qui se branchent au mur, et des appareils plus petits alimentés par piles. Ces appareils ont au moins un bouton de commande et sont vendus à domicile et non dans des magasins de détail.

L'ADEME fait de la publicité en France pour ce genre de matériel afin de cacher sa

responsabilité





 


Quels sont les principaux dangers pour la santé liés à l’inhalation d’ozone?

Même à très faible concentration, l’ozone peut être dangereux pour les voies respiratoires supérieures et les poumons. La gravité des lésions dépend de la concentration d’ozone et de la durée d’exposition. Même une très courte exposition à une concentration relativement faible peut entraîner de graves lésions permanentes, voire la mort.

L’exposition à une concentration d’ozone extrêmement faible fait initialement augmenter la réactivité des voies respiratoires aux autres substances inhalées (hypersensibilité bronchique) et provoque une réponse inflammatoire des tissus respiratoires. L’exposition à l’ozone pendant l’exercice physique ou le travail augmente la susceptibilité à ce type d’effet. On a observé une augmentation de la sensibilité bronchique après des expositions d’une durée de 7 heures à des concentrations de 0,08, de 0,1 et de 0,12 ppm (pendant un exercice physique modéré) ou de 1 heure à une concentration de 0,35 ppm. Cette réaction s’observe presque immédiatement après l’exposition à l’ozone et elle dure au moins 18 heures.

Parmi les autres symptômes observés après une exposition aiguë à une concentration de 0,25 – 0,75 ppm, on retrouve : toux, essoufflement, oppression, sensation d’incapacité de respirer (dyspnée), dessèchement de la gorge, sifflement, maux de tête et nausées.

Des symptômes plus graves ont été observés après l’exposition à des concentrations plus élevées (supérieures à 1 ppm), entre autres : réduction de la fonction respiratoire, fatigue extrême, étourdissements, incapacité de dormir et de se concentrer et décoloration bleue de la peau (cyanose). Une exposition intermittente à une concentration de 9 ppm pendant 3 à 14 jours a provoqué une inflammation des bronches et des poumons.

Une personne soumise à une exposition professionnelle aiguë, à une concentration d’environ 11 ppm pendant 15 minutes, a souffert d’une grave irritation respiratoire et a presque perdu conscience. On considère qu’une exposition de 30 minutes à une concentration de 50 ppm peut être létale.

Des études réalisées chez des animaux indiquent que l’ozone peut aussi provoquer une accumulation de liquide dans les poumons (oedème), possiblement létale. Les symptômes d’un oedème pulmonaire, comme l’essoufflement, peuvent être retardés de 24 heures après l’exposition et ils sont aggravés par l’exercice physique.

La gravité de la réaction respiratoire à l’ozone diminue lors d’expositions quotidiennes répétées. Cette « adaptation fonctionnelle » aux effets de l’ozone peut persister pendant plusieurs jours après l’arrêt de l’exposition. La diminution des fonctions respiratoires ne semble pas être plus prononcée chez les fumeurs de cigarettes ni chez les personnes souffrant de troubles respiratoires.


Qu’arrive-t-il lors d’un contact cutané avec l’ozone?

Il n’existe aucune information à ce sujet. Vu son pouvoir oxydant, l’ozone gazeux peut probablement provoquer une irritation cutanée, mais seulement à des concentrations capables de provoquer de graves lésions respiratoires.


L’ozone est-il dangereux pour les yeux?

Des concentrations d’ozone supérieures à 2 ppm peuvent, en quelques minutes, s’avérer irritantes pour les yeux. On n’a noté aucun effet sur la vision chez des volontaires exposés pendant 3 à 6 heures à des concentrations d’ozone allant de 0,2 à 0,5 ppm, bien qu’une certaine augmentation de la vision latérale (périphérique) et une légère diminution de l’acuité visuelle aient pu être notées lors de tests d’adaptation à l’obscurité.


Qu’arrive-t-il en cas d’ingestion accidentelle d’ozone (pénétration dans l’appareil digestif)?

Pour les gaz, l’ingestion n’est pas une voie d’exposition pertinente.


Quels sont les effets à long terme de l’exposition à l’ozone?

Un petit nombre d’études sur les effets éventuels d’une exposition professionnelle prolongée à l’ozone, ont révélé que les travailleurs exposés souffraient de maux de tête, d’irritation du nez et de la gorge, d’oppression et de congestion pulmonaire. Des études réalisées chez l’humain indiquent que les personnes qui vivent dans des communautés où les teneurs de fond en ozone sont élevées subissent, après une période de cinq ans, une diminution des fonctions respiratoires plus prononcée que les personnes vivant dans des communautés où cette teneur est plus faible.

Ces études semblent indiquer que l’exposition prolongée à l’ozone peut entraîner des troubles de la fonction respiratoire. Ces rapports sont cohérents avec ceux d’études faites chez les animaux, qui indiquent également qu’une exposition prolongée à l’ozone peut entraîner des troubles de la fonction respiratoire et une altération structurelle des poumons.

D’après les signes observés chez les animaux, on peut penser que l’exposition à l’ozone peut augmenter la susceptibilité de l’appareil respiratoire aux infections bactériennes.


L’ozone est-il cancérogène?

Aucune information n’a été recueillie chez l’humain. Les études réalisées chez les animaux ne permettent de tirer aucune conclusion.


L’ozone a-t-il des effets nocifs quelconques sur l’appareil reproducteur?

Aucune information n’a été recueillie chez l’humain. Aucun effet n’a été observé lors d’une étude chez des animaux.


L’ozone agit-il sur le fœtus/bébé avant sa naissance?

Aucune information n’a été recueillie chez l’humain. Les études réalisées chez les animaux ne permettent de tirer aucune conclusion, car les effets observés l’ont été en présence d’une toxicité maternelle ou la toxicité maternelle n’a pas été évaluée.


L’ozone a-t-il un effet de synergie avec d’autres matières (c’est-à-dire : est-ce que les effets ressentis sont plus prononcés que la somme des effets de l’exposition à chaque produit chimique seul)?

L’exposition à l’ozone peut influer sur l’élimination d’autres substances dangereuses des poumons. On a signalé une sensibilisation aux effets d’autres irritants chez des individus souffrant d’asthme ayant été exposés au préalable pendant 1 heure à une concentration d’ozone de 0,12 ppm. Des études effectuées chez le rat ont montré que, un mois après l’exposition, les poumons des animaux exposés à l’ozone, puis à l’amiante, contenait beaucoup plus d’amiante que ceux des rats exposés uniquement à l’ozone. Les troubles des fonctions respiratoires observés n’ont révélé aucune synergie entre l’ozone et le dioxyde d’azote ou l’acide sulfurique.


Y a-t-il possibilité d’accumulation de l’ozone dans l’organisme?

L’ozone est absorbé dans les voies respiratoires supérieures et inférieures. C’est un oxydant puissant qui réagit avec les protéines et les lipides, en particulier dans les membranes biologiques. Une petite quantité de l’ozone inhalé est absorbée par le sang. La réactivité extrême de l’ozone limite sa capacité d’accumulation.

L’ozone dit troposphérique (ou « de basse altitude » ou « mauvais ozone ») est le polluant caractéristique du smog, une brume qui se forme du fait de polluants (tels que les oxydes d'azote et le monoxyde de carbone) sous l'effet du rayonnement solaire ,accentues par l'heure d’été et en conditions de stagnation de l’air vis a vis des capteurs . Les zones urbaines et péri-urbaines sont particulièrement concernées par la pollution due à l'ozone, notamment les lieux de rejets gazeux de polluants automobiles et industriels. L'ozone peut également s'accumuler progressivement dans les masses d'air des zones rurales situées sous les vents par rapport aux rejets de polluants.

Quels sont les effets de l’ozone sur la santé ?

L’ozone peut provoquer une réaction inflammatoire des bronches, et entraîner des lésions du tissu pulmonaire.

L’inhalation d’ozone peut entraîner un certain nombre d’effets sur la santé qui sont observés dans de larges portions de la population. Les symptômes respiratoires peuvent inclure : toux et irritation de la gorge, du nez et des yeux.

En plus de ces symptômes, les résultats d'études épidémiologiques indiquent que des concentrations journalières élevées d'ozone sont associées à une augmentation de crises d'asthme, d’admissions hospitalières pour causes respiratoires et cardiovasculaires et peuvent conduire à un excès de mortalité.

De nouvelles études de suivi de l’exposition à long terme à l'ozone ont par ailleurs rapporté un rôle de l’ozone sur les nouveaux cas d’asthme et sur la sévérité de l'asthme. Et plusieurs analyses de cohorte réalisées récemment ont montré des effets de l'exposition à long terme à l'ozone sur la mortalité respiratoire. L’ozone pourrait également induire des troubles de la reproduction et du développement.

Quelles sont les personnes les plus vulnérables ?

Certaines personnes sont plus sensibles : les personnes âgées, asthmatiques, souffrant de pathologies respiratoires, et les jeunes enfants. Chez ces dernières, l’ozone peut aggraver des pathologies sous-jacentes et  notamment conduire à une augmentation des hospitalisations, voire de décès.

Quel est l’impact de la pollution de l’air sur la santé en France ?

En France, l’impact de l’ozone sur la mortalité a pu être évalué par plusieurs études. La dernière publication de Santé publique France (ex-InVS)1 a montré que l’exposition chronique à l’ozone serait responsable de près de 500 décès pour causes respiratoires chaque année, avec un gradient Nord-Sud très marqué dû à l’influence des conditions météorologique sur la formation d’ozone. L’analyse principale de cette étude a par ailleurs estimé à 48 000 décès par an, le poids des particules fines PM2.52 en lien avec l’activité humaine. Cet impact représente 9% de la mortalité en France, avec une perte d’espérance de vie3 pouvant dépasser 2 ans dans les villes les plus exposées, et au-delà des grandes villes, concerne les villes moyennes et petites, et les milieux ruraux.