petition_europe_2015

europe_no2

 

D_l_gu_s_des_Ministres___Copie

heure_d_ete_europe_1

 

heure_d_ete_europe_9

heure_d_ete_europe_8

 

heure_d_ete_europe_7

heure_d_ete_europe_6

heure_d_ete_europe_5

 

heure_d_ete_europe_4

heure_d_ete_europe_3

heure_d_ete_europe_2

heure_d_ete_europe_1

 

Chant des Partisans (Résistance Française)

labrousse erick

 

francois bayrou

 

Mardi 24 mars 2015, trois Commissions du Parlement européen, Commissions des affaires juridiques, des transports et des loisirs, de l'industrie, de la recherche et de l'énergie, ont tenu à Bruxelles une réunion commune de deux heures spécialement consacrée à l'heure d'été. Même si la pollution photochimique de l'air généré en heure d'été n'a pas été abordée, ces débats méritent d'être écoutés. Beaucoup de faits comme celui-ci : "les personnes qui s'occupent des autistes disent leur calvaire car les autistes ont besoin de beaucoup plus de 7 semaines pour s'habituer au passage à l'heure d'été". Pour la Professeure Martha Merrow (Université médicale de Munich) :"80% de la population européenne souffrent de ce jet lag social ( ou décalage social) qui coûte 131 milliards d'euros par an et c'est une sous-évaluation", à souligner que ces 80% n'ont en été qu'une heure d'avance sur le soleil , donc pour ces 80% la seule heure légale possible est l'heure solaire moyenne de leur fuseau horaire sans changements!!

En fin de réunion, le Président de séance, approuvé par les élu-e-s, a conclu que ce dossier aurait un suivi : ex. poser une question orale à la prochaine réunion plénière , demander un rapport d'initiative, une étude d'impact etc..

Pour écouter ces débats motivants, voici le lien (vous pouvez choisir la langue souhaitée en bas , à droite de l'écran) : http://www.europarl.europa.eu/ep-live/fr/committees/video?event=20150324-1600-COMMITTEE-JURI-TRAN-ITRE

J-6 Nous vous rappelons du lien pour signer et faire signer le plus largement possible la cyberaction n° 681 de La Méridienne :

Le Parlement européen vent debout contre le système du changement d'heure

Xinhua | 30.10.2015 09h30

Le Parlement européen (PE), réuni en session plénière à Strasbourg, a vertement critiqué, jeudi, lors d'un débat, la Commission européenne et le Conseil européen pour leur refus de prendre en considération les revendications des citoyens qui demandent la suppression du passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver.

C'est avec une rare unanimité que les eurodéputés ont fustigé, jeudi matin, le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver qui suscite chaque année de vives critiques dans l'hémicycle strasbourgeois comme dans l'opinion publique du Vieux Continent.

Le système - qui consiste à ajuster l'heure officielle en ajoutant une heure par rapport à l'heure du fuseau horaire pour une période allant du printemps jusqu'au début de l'automne - a été introduit en Europe à la fin des années 1970 dans la foulée des chocs pétroliers dans le but de faire face aux conséquences de la crise économique. Il a ensuite été harmonisé en 1998 dans l'ensemble de l'Union européenne (UE) afin que l'heure légale soit la même pour tous les Etats membres.

Depuis l'abandon de ce qu'on appelle aussi "l'heure d'été double" par la Russie en 2011, des voix toujours nombreuses s'élèvent dans l'UE pour remettre en cause un système jugé contre-performant sur le plan économique et néfaste pour la santé.

La Chine avait quant à elle déjà supprimé ce mécanisme en 1992. Hormis l'Europe, les Etats-Unis, le Canada, le Mexique et quelques pays européens non membres de l'UE, la majorité de la population mondiale garde son heure légale constante toute l'année. Un argument repris par les eurodéputés pour dénoncer "l'arrogance et l'ignorance" de la Commission sur ce dossier.

La Commissaire européenne en charge du transport, Violeta Bulc, a en effet été interpellée frontalement par les parlementaires présents dans l'hémicycle jeudi matin. "L'attitude de la Commission est tout bonnement inadmissible. Cela fait maintenant plus de dix ans qu'elle oppose une fin de non-recevoir aux préoccupations des citoyens! On rêve!", s'est emporté le représentant du Parti Populaire Européen (PPE/droite).

Même exaspération dans les rangs du centre, de la gauche, de l'extrême gauche comme chez les Verts. "Une mesure du siècle passée", un dispositif qui "met en danger la santé des gens comme des animaux en boulversant le cycle circadien", un système "inefficace, voire contre-performant, sur les plans des économies d'énergie"... Autant d'arguments mis en avant par les eurodéputés pour exiger la suppression de "l'heure d'été double".

"Il n'y a plus aucune raison scientifique valable de la conserver", a affirmé le député allemand des Verts, Michael Cramer. "De nombreuses études démontrent qu'en fait ce système a un effet négatif sur le plan énergétique. Dans le même temps, ses conséquences sur la santé sont très sérieuses et clairement établies", a-t-il ajouté.

A l'issue du débat, la Commissaire Violeta Bulc a botté en touche en déclarant : "Il n'y a pas d'arguments massifs permettant de faire pencher la balance. Les Etats membres sont partagés. Ce n'est qu'en cas de nouvelles preuves que nous serions amenés à revoir notre position".

Merci à toi de publier dans un mail « bonnes nouvelles » de Cyberacteurs ces infos, car c’est une première au Parlement européen.
Lors de l’Audition, en séance plénière, sur les changements en matière d’heure d’été du 29/10/15 au Parlement européen, des députés européens de la Commission des transports*, et en particulier les Allemands dont un Vert Michael Cramer, ont exprimé leurnette opposition au système actuel et exigent un ré-examen du dispositif pour garder l’heure normale du fuseau horaire toute l’année. Ils estiment que ce système ne favorise pas les transports, et que son impact sur l’énergie serait au mieux nul, voire même une dépense, au lieu d’une économie.
La Commissaire aux Transports, Madame Violetta BULC, en réponse à cette « question orale du Parlement », n’a pas pu donner d’arguments valables aux parlementaires, pour maintenir pour l’instant la position de la Commission.
Elle a redit l’intention de la Commission Européenne de poursuivre avec ce régime, bien qu’il serait possible de le reconsidérer en fonction des études à son sujet.
Les médias allemands et la principale agence de presse chinoise ont rendu compte de cette Audition dès le jour même dans la soirée, on attend toujours le compte rendu des médias français …

 

Le changement d’heure ne rencontre pas l’adhésion des Français
Presque 40 ans après avoir été remis en place pour la deuxième fois, sous le mandat de Valéry Giscard-d’Estaing, une large majorité de 58% de Français reste opposée au changement d’heure (contre 40% y étant favorables), selon ce même sondage.
S’ils y sont opposés, c’est d’abord parce qu’ils sont 62% à être perturbés par ce décalage horaire brutal, que les chronobiologistes qualifient de chrono-ruptures (qualité du sommeil, appétit). Ils sont même 19% à l’être « beaucoup ». Sans surprise, l’opposition au changement d’heure est plus forte dans « la France qui se lève tôt » : les CSP- y sont nettement plus opposés que les CSP+ (61%, contre 51%). Par ailleurs, presque les trois-quarts des parents (73%) considèrent que leurs enfants sont perturbés par ce changement d’heure. C’est même l’avis de 88% des parents d’enfants de 5 à 10 ans.
66% ne croient pas aux économies d’énergie.

 

 

Questions parlementaires

25 septembre 2015

O-000111/2015

Question avec demande de réponse orale 
à la Commission
Article 128 du règlement
Pavel Svoboda, au nom de la commission des affaires juridiques
Michael Cramer, au nom de la commission des transports et du tourisme

 

 

Objet: Audition sur les changements en matière d'heure d'été en Europe

 Réponse 

 

La directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 janvier 2001 concernant les dispositions relatives à l'heure d'été prévoit une date commune au printemps et à l'automne à laquelle avancer et reculer respectivement d'une heure les montres et les horloges pour profiter au maximum de la clarté du jour dans tous les États membres en fonction de la saison.

Lors d'une audition publique intitulée "Le moment est-il venu de revoir l'heure d'été?", qui s'est tenue au Parlement européen le 24 mars 2015, les experts ont présenté les résultats de recherches récentes sur l'incidence possible des dispositions relatives à l'heure d'été sur les transports et le tourisme, l'industrie européenne et les économies en matière de santé et d'énergie.

Malgré les preuves scientifiques fournies lors de l'audition que l'actuel régime d'heure d'été a davantage d'effets négatifs que positifs, la Commission a publié un communiqué de presse indiquant ce qui suit: "Étant donné que la réglementation de l'UE a été mise en place dès 1981, divers rapports, études et évaluations d'impact ont été réalisées qui démontrent tous que 1) les règles sont bénéfiques et 2) la plupart des États membres sont favorables au maintien de celles-ci en l'état. La Commission se doit d'être très visible sur les grands enjeux, et ce débat récurrent, tout intéressant qu'il soit, n'en fait pas partie."

1. Pourquoi la Commission ignore-t-elle délibérément de nombreux résultats de recherches dans l'UE et dans d'autres pays, notamment aux États-Unis, sur l'incidence négative du régime de l'heure d'été?

2. Quand et comment la Commission entend-elle réexaminer l'impact du changement d'heure saisonnier sur les transports et le tourisme, la consommation d'énergie, l'agriculture, l'industrie européenne et la santé au regard de ces conclusions scientifiques? Ou a-t-elle à ce stade des preuves attestant que la consommation d'énergie a été réduite par l'introduction de l'heure d'été en Europe?

3. La Commission dispose-t-elle d'une estimation des avantages et des coûts économiques du changement des horloges, montres, horaires des transports et horaires semestriels?

4. Quel est l'impact de l'augmentation de l'efficacité énergétique des lampes et appareils électriques sur la pertinence de la mise en œuvre de l'heure d'été?

5. Le communiqué de presse susmentionné est-il l'expression de la position officielle de la Commission et le commissaire responsable estime-t-il que le contenu et le style de cette communication constituent une réponse appropriée à une initiative et aux préoccupations des députés élus au Parlement européen alors que, dans le même temps, la Commission semble uniquement accorder de la valeur à la position des États membres?