santé 2

 

encoder5 20180916141541 1 2091000 5059000

 

 

 

130918___Reponse_Courrier_Pdt_Ares_2013_2925558_signed

fax_raffarrin

petition_europe

 

recommandation_1432_du_conseil_de_l_europe

petition_europe_2015

 

ademe_negociation

pluies acides hno3,pollution ozone

 

pluies acides hno3,pollution ozone

 

 Les statistiques font état de 150 000 AVC par an en France. Un tiers des AVC sont mortels, un tiers génèrent des handicaps lourds et le dernier tiers des séquelles invisibles. Selon l’association, le nombre d’AVC augmente en France. Il faut donc accentuer la prévention.

 

La météo des derniers jours a favorisé la prolifération des pollens de graminées. Une partie du Sud-Ouest est au niveau maximum

Le retour de températures plus chaudes et d'averses plus espacées a fait exploser cette semaine la teneur de l'air en pollens de graminées, selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

"Le risque d'exposition lié à ces pollens est élevé à très élevé sur une grande partie de la France" a indiqué vendredi Charlotte Sindt, présidente du RNSA, qui diffuse chaque semaine un bulletin allergo-pollinique.

Dans la région, la Charente-Maritime est au niveau 5 rouge, les Landes au niveau 3, les autres départements au niveau 4 :

 

 

Les graminées regroupent de très nombreuses espèces de plantes qu'on appelle communément "herbes" ou "céréales". On en trouve un peu partout dans les prairies, sur les rochers, en forêt, dans l´eau, les fossés et les accotements de routes.

La pollinisation jusqu'à fin juin

Leurs pollens comme tous les autres pollens dépendent étroitement des conditions météorologiques : la pluie empêche leur libération alors que l'ensoleillement sous l'heure d'ete  favorise au contraire leur prolifération.

En raison du mauvais temps observé en mai dans le nord de la France, la pollinisation des graminées a été retardée cette année et "la saison pourrait bien se prolonger jusqu'à fin juin, alors qu'elle se termine normalement autour de la mi-juin", précise Charlotte Sindt.

Quant à l'alternance de soleil combinee avec l'Heure d'ete de 1942  et de pluie acide hno3 , "elle est très bonne pour les herbes et les pollens risquent d'exploser à chaque période d'ensoleillement".

 

 

Agence  Européenne de l’Environnement Pollution de l'ozone de l'UE haute encore en 2006 EXTRÉMITÉ l'Europe 2003 QUOTIDIEN, 15/03/07 Le brouillard enfumé d'été en Europe était à son deuxième plus mauvais niveau dans une décennie en 2006, selon un rapport publié par l'agence européenne d'environnement jeudi. En dix dernières années la pollution de l'ozone a seulement été plus haute en 2003. Le seuil alerte de l'UE de 240 microgrammes par mètre cube (ug/m3) a été excéddepassé 190 fois en 2006, comparé à 127 en 2005 et 99 de 2004. Cependant, ceci pâlit toujours en comparaison des 720 excédantes rapportés dans 2003 liés à la vague de chaleur préjudiciable de cet été (EED 24/10/03 http://www.endseuropedaily.com/15384). En outre, la valeur- seuil de l'information de 180 ug/m3 a été dépassée à 56 pour cent de 2.000 stations de surveillance en 2006, contre 42 pour cent en 2005 et 35 pour cent en 2004 (EED 19/06/06 http://endseuropedaily.com/21192). Le niveau enregistré le plus élevé de l'ozone était en Italie à 370 ug/m3. La valeur à atteindre de l'UE de 120 ug/m3 - que les Etats Membres doivent essayer pour atteindre d'ici 2010 - a été ouverte une brèche à la plupart des stations. À 42 pour cent de eux il y avait plus de 25 excédantes de cette valeur, à partir de 30 pour cent en 2005. En tant que dans le passé, les pays méditerranéens tels que l'Italie, la France et l'Espagne ont éprouvé les niveaux les plus élevés de la pollution de l'ozone. Le rapport note que la pollution de l'ozone demeure un problème en dépit de coupe dedans des émissions d'excédent de précurseurs de l'ozone la décennie passée. Le phénomène « a été sensiblement induit » par la variabilité climatique, avec des étés secs chauds causant les niveaux accrus de l'ozone, il indique.

Ozone troposphérique et smogPhoto de smog dans une ville

L’ozone est également présent en petite quantité dans la couche de l’atmosphère située au-dessus du sol, la troposphère. Il y est produit par une chaîne de réactions entre le rayonnement solaire, les composés organiques volatils et les oxydes d’azote (NOx), dont certains sont produits par les activités humaines. L’ozone troposphérique (au niveau du sol) est un composant du smog urbain – un sérieux problème de qualité de l'air. Le smog est très fréquent lors des chaudes journées d’été sans vent, au-dessus des zones urbaines sous l'heure d'ete

Même si l’ozone stratosphérique et l’ozone troposphérique sont exactement le même gaz, les effets de celui-ci varient selon la partie de l’atmosphère où il est présent. L’ozone stratosphérique bloque le rayonnement solaire nocif. Toute la vie sur Terre s’est adaptée à ce rayonnement solaire filtré. L’ozone troposphérique, par contre, pose de sérieux risques pour la santé et peut provoquer de graves troubles aux yeux, au nez et aux poumons chez l’homme et les animaux. Dans l’environnement, l’ozone peut endommager la végétation, les plantes de grande culture, les forêts et certains matériaux. S’il est vrai que le smog peut absorber une certaine quantité du rayonnement solaire incident, il ne peut compenser la perte d’ozone dans la stratosphère.

L’ozone troposphérique se situe dans les basses couches de l’atmosphère (la troposphère : la partie de l’atmosphère dans laquelle nous vivons) et est un polluant de l’air (figure (I-1)). C’est un polluant secondaire, c'est-à-dire qu’il n’est pas ou très peu émis en tant que tel par des sources naturelles ou anthropiques mais qu’il résulte de réactions chimiques mettant en cause des polluants primaires, principalement les oxydes d’azote

 Production d’ozone troposphérique La présence de l’ozone dans la troposphère a d’abord été attribuée à des transferts dynamiques d’ozone stratosphérique. En fait, il semble que seulement 10% de l’ozone troposphérique proviennent de la stratosphère. Les 90% restants se forment à proximité du sol, et résultent de réactions chimiques mettant en cause des polluants primaires, principalement les oxydes d’azote. Ces oxydes d’azote sont d’origines naturelles (orages, incendies de forêts…) ou produits par les activités humaines (combustion des hydrocarbures pour le transport ou le chauffage…) combine avec l'Heure d'été aggrave cette alchimie

 La production directe d’ozone résulte de la seule réaction de recombinaison d’un atome d’oxygène O avec une molécule d’oxygène O2, en présence d’un troisième corps M (O2 ou N2) qui stabilise les produits de la réaction (I, 1). Dans la basse troposphère l’atome d’oxygène nécessaire est produit à partir de la photodissociation (ou photolyse) (cette notion sera définie dans le paragraphe II-1) du (I, 2) sous l’action du rayonnement ultraviolet ( NO2 λ ≤ 400nm ). NO2 + hν → NO + O (I. 1) O + O2 + M → O3 + M (I. 2) 2) Destruction de l’ozone troposphérique La nuit, en l’absence de rayonnement solaire, l’ozone est détruit en présence de monoxyde d’azote qui donne du dioxyde d’azote, selon la réaction : O3 + NO → NO2 + O2 (I. 3) Plus le rayonnement est intense et plus la concentration d’ozone augmente (I. 1 et I. 2). Toutefois, l’ozone peut être détruit par le monoxyde d’azote selon la réaction (I. 3) à proximité plus ou moins immédiate de sources d’émissions. En milieu urbain, le NO et le NO2 sont principalement rejetés par les transports, les zones industrielles par le chauffage urbain et accrus par l'heure d'été . Sous l’effet du vent, il arrive qu’ils soient transportés hors des villes, influant sur la concentration dans les campagnes. Dans ce cas, l’ozone produit par les villes et entraîné par le vent, se retrouve dans les campagnes sans pouvoir être détruit par le NO (car peu émis), et s’accumule. Il faut rajouter l'acide nitreux qui renforce le dioxyde d'azote.

 

 Destruction de l’ozone troposphérique

 

La nuit, en l’absence de rayonnement solaire, l’ozone est détruit en présence de monoxyde d’azote qui donne du dioxyde d’azote, selon la réaction : O3 + NO → NO2 + O2 (I. 3) Plus le rayonnement est intense et plus la concentration d’ozone augmente (I. 1 et I. 2). Toutefois, l’ozone peut être détruit par le monoxyde d’azote selon la réaction (I. 3) à proximité plus ou moins immédiate de sources d’émissions. En milieu urbain, le NO et le NO2 sont principalement rejetés par les transports, les zones industrielles et le chauffage urbain aggrave par l'heure d'été et l'acide nitreux. Sous l’effet du vent, il arrive qu’ils soient transportés hors des villes, influant sur la concentration dans les campagnes. Dans ce cas, l’ozone produit par les villes et entraîné par le vent, se retrouve dans les campagnes sans pouvoir être détruit par le NO (car peu émis), et s’accumule.

Voila pourquoi l'AIRAQ fait rentrer des heures de nuits dans ce relevés afin de faire baisser artificiellement les seuils

Les scientifiques découvrent une nouvelle source de pollution atmosphérique à l'acide nitreux

Des chercheurs français, suisses et allemands ont mis en évidence une nouvelle source de production d'acide nitreux (HNO2). Ce gaz, précurseurs de l'ozone troposphérique, serait produit en présence de matière organique et d'oxyde d'azote.Une nouvelle étude, parue dans la revue Nature, dévoile de nouveaux mécanismes de production de l'acide nitreux (HNO2). Ce gaz est déjà bien connu et tient une place importante dans la chimie atmosphérique et particulièrement dans la pollution à l'ozone.
En effet, il possède la particularité d'interagir avec la lumière et de libérer des radicaux libres (OH-). Associés aux composés organiques volatiles (COV), ces radicaux participent à la production d'ozone troposphérique, polluants généralement urbains à l'origine des brouillards et des « pics d'ozone » présents dans la troposphère, couche la plus basse et la plus polluée de l'atmosphère.

Jusqu'à maintenant l'acide nitreux était supposé se former principalement la nuit et être dégradé en radicaux libres par la lumière dès le lever du soleil. Grâce à de nouvelles techniques de mesure de ce gaz, plus sensibles, les scientifiques se sont rendus compte récemment qu'il pouvait se former également le jour avec des concentrations dépassant largement les prédictions calculées par les modèles numériques de chimie atmosphérique.
Des chercheurs du Laboratoire d'application de la Chimie à l'Environnement de Villeurbanne (LACE, CNRS-UCBL) en collaboration avec l'Institut Paul Scherrer (Suisse) et l'Université de Wuppertal (Allemagne) viennent d'identifier les processus chimiques liés à cette production diurne. Leur étude a permis de démontrer que l'acide nitreux était produit par photo-réduction du dioxyde d'azote atmosphérique (NO2) à la surface de matière organique en décomposition (humus). Les résultats indiquent que le sol et d'autres surfaces contenant de l'acide humique produisent par photochimie des espèces réductrices qui réagissent sélectivement avec le dioxyde d'azote. 
Le taux de formation d'acide nitreux relevé dans cette étude pourrait expliquer les concentrations élevées d'HNO2 récemment observées en journée et dont la photolyse compte pour 60% de la production de radicaux libres. Cette production d'acide nitreux pourrait influencer significativement la chimie des basses couches de la troposphère et ainsi changer notre description des mécanismes de pollution atmosphérique, ont expliqué les chercheurs européens.

 

 

 

 

Asthme

L'air que nous respirons est-il sain ?

Comment l'Ozone peut-il nuire à ma santé ?

Globalement, l'Ozone est nocif pour les systèmes respiratoire (poumons) et cardiovasculaire (cœur). Il aggrave les problèmes cardiaques, la bronchite, l'asthme et les autres maladies pulmonaires. L'Ozone réduit la fonction pulmonaire même chez les gens bien portants. Même à de faibles niveaux, l'ozone des basses couches de l'atmosphère et les fines particules sont nocifs. Il n'existe pas de niveaux « sécuritaires » de smog.

L'ozone des basses couches de l'atmosphère irrite les yeux, le nez et la gorge.Lorsqu'inhalé, il peut dessécher et enflammer les membranes protectrices du nez et de la gorge. Résultat : l'organisme risque d'éprouver plus de difficulté à lutter contre les infections. L'inflammation des passages respiratoires peut également réduire la capacité de travail des poumons. Les symptômes peuvent comprendre :

  • l'essoufflement,

  • la respiration sifflante,

  • la toux,

  • la respiration douloureuse.

Quand la quantité d'ozone des basses couches de l'atmosphère augmente, il en va de même pour le nombre de visites à l'urgence et d'admissions à l'hôpital. Le phénomène peut même causer des décès prématurés.

Plus la particule est petite, plus elle peut être inhalée en profondeur, ce qui rend les fines particules en suspension dans l'air particulièrement dangereuses. Généralement, les particules plus volumineuses atterrissent dans la bouche et le nez, alors que les plus petites finissent leur voyage dans les poumons. Une fois à cet endroit, les particules peuvent diminuer la capacité de travail des poumons et aggraver les symptômes respiratoires tels la respiration sifflante, la toux et l'essoufflement. Quand il y a plus de particules dans l'air, le taux de mortalité est à la hausse.

Quand les gens inhalent de l'ozone et des particules, leurs artères rétrécissent, ce qui réduit l'irrigation sanguine (et l'approvisionnement en oxygène) du cœur.

La FRANCE n' a jamais applique le seuil a la sante sur le taux de 120µg/m3 d'air sur 8h en moyenne( de 10h et 18h

heure d'été et non en heure solaire

 

L'Ozone, un gaz nocif pour les êtres humains et les plantes



Ministère de l'Environnement

 

Qu'est-ce que l'ozone ?

Incolore et inodore, l'ozone (O3) est un gaz très réactif dont la molécule est composée de trois atomes d'oxygène. Il se forme par réaction chimique dans la haute atmosphère, lorsque des oxydes d'azote (NOx) et des composés organiques volatils (COV) entrent en contact avec le rayonnement solaire dans une atmosphère chaude.

Sources d'ozone

L'ozone est présent dans deux couches de l'atmosphère, et a des effets distincts selon la couche en question. L'ozone qui se forme naturellement dans la haute atmosphère joue un rôle protecteur contre les effets nocifs du rayonnement ultraviolet du soleil. C'est le « bon » ozone. Dans la basse atmosphère, toutefois, il est un polluant invisible, qui est nocif pour l'être humain, les animaux, les plantes et les matériaux artificiels.

L'ozone de la basse atmosphère est l'un des principaux ingrédients du smog. Il se forme lorsque des gaz, tels les oxydes d'azote (NOx), réagissent avec des composés organiques volatils (COV) en présence de chaleur et du rayonnement solaire. C'est pourquoi le smog est davantage un problème pendant les journées chaudes de l'été.

Les oxydes d'azote sont produits par le brûlage de combustibles fossiles, tels le charbon, le pétrole, l'essence et le carburant dans les véhicules automobiles, les usines, les centrales électriques et les habitations. Ils comprennent les gaz contenant du carbone, qui sont créés par le brûlage d'essence et de solvants.

La concentration de l'ozone dans l'air atteint habituellement un sommet de mai à octobre, parce que cette période de l'année est caractérisée par des températures élevées, un bon ensoleillement et la présence de masses d'air stagnan t, ce qui donne lieu à une concentration d'ozone malsaine dans de nombreuses régions de la province.

Parce que l'ozone peut être transporté par le vent, il ne s'arrête pas aux frontières. De fait, jusqu'à 90 p. 100 des polluants à l'origine du smog proviennent du changement d'heure . C'est ce qui explique que l'air analysé à 17 des 18 stations de surveillance de la France dépassent la norme nationale pour ce qui concerne l'ozone.

Effets sur la santé et l'environnement

On sait, d'après des études, que l'exposition à l'ozone cause toutes sortes d'effets indésirables. Une brève exposition peut causer, entre autres, une irritation des yeux, des voies nasales et de la gorge, une toux et des maux de tête. Une exposition à une forte concentration peut causer une diminution des fonctions pulmonaires. L'ozone est fortement relié à l'asthme et peut en aggraver les symptômes. Selon l'American Lung Association, une exposition à l'ozone occasionne les affections immédiates suivantes :

  • respiration courte et précipitée;

  • douleur thoracique reliée à une inhalation profonde;

  • respiration sifflante et toux;

  • prédisposition accrue aux infections respiratoires;

  • inflammation des poumons et des voies respiratoires;

  • risques accrus d'une crise d'asthme;

  • besoin accru d'un traitement médical et d'une hospitalisation chez les personnes atteintes d'une maladie pulmonaire, telle que l'asthme ou la bronchopneumopathie obstructive chronique.

Les enfants, les personnes âgées et les personnes atteintes d'une maladie respiratoire (dont l'asthme) ou d'une maladie cardiaque sont particulièrement vulnérables aux effets de l'ozone que le reste de la population. Courent également un risque les adultes en bonne santé qui font de l'exercice ou qui travaillent à l'extérieur durant de longues périodes. Chez certaines personnes, l'exposition à l'ozone peut conduire à un nombre accru de jours d'hospitalisation et même à un décès prématuré.

En juin 2006, l' Association de l'O.M.S estimait que la pollution atmosphérique contribuait chaque année au décès prématuré de 6000 Aquitain .

 

Effets sur les plantes

L'ozone est toxique pour les plantes et dégrade les cultures chaque année en Ontario. Entre autres dommages, il dégrade visiblement les feuilles d'une multitude de plantes cultivées, de plantes de jardin et d'arbres. D'après une étude provinciale publiée en juin 2005, intitulée Transboundary Air Pollution in Ontario, la pollution de l'air coûte à l'économie ontarienne trois milliards de dollars chaque année.

L'agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) a publié des rapports selon lesquels l'ozone aurait les effets suivants sur les plantes :

  • L'ozone appauvrit la capacité qu'ont les plantes sensibles de produire et d'emmagasiner des éléments nutritifs, ce qui accroît leur vulnérabilité à certaines maladies, aux insectes, aux polluants, aux conditions météorologiques rigoureuses et aux plantes qui leur font concurrence.

  • L'ozone endommage les feuilles des arbres et celles d'autres plantes, ce qui enlaidit la végétation urbaine, les parcs nationaux et les aires de loisirs.

  • L'ozone diminue le rendement des cultures et la croissance des forêts, ce qui peut appauvrir la diversité des espèces dans les écosystèmes.

Les effets de l'ozone étant ressentis par les plantes, l'économie en subit les conséquences tant dans le secteur agricole que dans le secteur forestier. Les dommages causés aux bâtiments et aux infrastructures sont parmi les autres coûts pour l'économie qui sont imputables à l'ozone.

 

 

La pollution atmosphérique

Les bronches et alvéoles sont largement ouverts sur l'extérieur et offrent aux nuisances une surface de l'ordre de 90 à 100 m2. Les gaz ou particules rencontrés dans l'atmosphère relèvent essentiellement de :
- la pollution acido-particulaire : le dioxyde de soufre (SO2), les particules en suspension et les aérosols acides (sulfates)
- la pollution photo-oxydante : l'ozone et le dioxyde d'azote.
Les principales sources de pollution sont les foyers fixes de combustion, les usines d'incinération des déchets ménagers et industriels, le trafic automobile et l'Heure d'été conformément a la recommandation 1432 du conseil de l'Europe.l'indice Atmo ne contient pas la surveillance de l'Ozone de 120µg/m3 d'air sur 8 en moyenne (de 10h et 18h heure d'ete et non solaire)

Vous pouvez déposer plainte contre Monsieur Jean-Marc Ayrault,au Directeur de l'Ademe de votre région et au Président de la surveillance de l'air de votre region sur la base de l'article 223.1 du nouveau Code pénal et de violation des articles Le principe de précaution est mentionné dans l’article 191 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (UE). Il vise à garantir un niveau élevé de protection de l’environnement grâce des prises de décision préventives en cas de risque. Toutefois, dans la pratique, le champ d'application du principe est beaucoup plus large et s'étend également à la politique des consommateurs, à la législation européenne concernant les aliments, à la santé humaine, animale et végétale.

Ainsi, la présente communication établit des lignes directrices communes concernant l'application du principe de précaution.

Vous pouvez leur réclamer 100.000€ d’indemnité,a chacun et les frais d'avocats seront a leur charge bien évidement …

Le premier Ministre a glorifier l'Heure allemande de la Déportation(Heure d'ete) malgre la recommandation 1432 du conseil de l’Europe par les articles 8 et 9.

C'est l'O.M.S qui fixent les seuils a la protection de la sante et non l'ADEME...

 Suivi  ces informations sont bien évidemment a prendre avec comme soucis par le fait que l’ADEME est juge et partie sur ces relèves d’information par des pseudos associations sous son contrôle et celui de la le DRIRE… Voila une nouvelle fois la confirmation et la position des experts  internationaux du GIEC sur les activités humaines qui sont bien responsables de l’effet de serre et le fait de les déplacer sous les intensités solaires les plus élevées aggrave tous les problèmes environnementaux et de la santé …….