pollution heure d'ete

 

 

petition_2018

2648876377

ozone-formation

 Ares_2018_1784666response

 sante_ozone_1

sante_ozone2

 sant__ozone_3

sante_ozone_4

Ce n'est qu'un au revoir.mp4

 

 

1027

1028

1185

1635

 

 

 

 

 canicule_3

canicule2

 

canicule1

Dans ce message rien sur l'Ozone et Pourquoi ?

D_l_gu_s_des_Ministres

beton_pollueur

boue_d_epuration

petition_europe

recommandation_1432_du_conseil_de_l_europe

petition_europe_2015

ademe_negociation

 

2648876377

 

canicule1

 

canicule2

 

740602831

 

hse-voc-cycle

 

Le tribunal basé à La Haye, aux Pays-Bas, peut maintenant traiter des affaires où la destruction de l'environnement est liée à des violations des droits de l'homme.

C'est une belle victoire pour les défenseurs de l'environnement. Jeudi, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé l'élargissement de son champ d'action, pour la première fois, à certains crimes environnementaux. Désormais, la Cour, qui juge entre autres des affaires de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, s'intéressera également aux crimes liés à «l'exploitation illicite de ressources naturelles», à «l'appropriation illicite de terres ou à la destruction de l'environnement»

Le Procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, publie la version détaillée du Document de politique générale relatif à la sélection et à la hiérarchisation des affaires

Aujourd'hui, le Procureur de la Cour pénale internationale (la « CPI » ou la « Cour »), Fatou Bensouda, a publié un document de politique générale détailléqui fournit des orientations quant à la manière dont le Bureau du Procureur (le « Bureau ») exerce son pouvoir discrétionnaire pour sélectionner et classer les affaires par ordre de priorité. Ce document complète le précédent document de politique générale du Bureau relatif aux examens préliminaires, qui présente de façon détaillée tout le processus d'ouverture d'enquêtes dans le cadre de situations.

Le Document de politique générale relatif à la sélection et à la hiérarchisation des affaires a été élaboré à la lumière du cadre juridique et de la jurisprudence applicables à la Cour. Il repose également sur l'expérience acquise par le Bureau à travers les activités que mène ce dernier depuis quatorze ans et sur l'expérience d'autres cours et tribunaux nationaux et internationaux. De longues consultations internes et externes ont en outre permis d'en enrichir le contenu.

« Grâce à ce document de politique générale, les membres de notre Bureau auront à leur disposition des directives claires et transparentes lorsqu'ils sélectionneront et classeront par ordre de priorité les affaires pour lesquelles des poursuites seront engagées », a déclaré Mme Bensouda. « Conformément aux principes d'indépendance, d'impartialité et d'objectivité, de telles décisions doivent s'appuyer sur des critères raisonnables, pragmatiques et équitables, qui nous aident concrètement à nous acquitter de notre mandat efficacement. Ce document facilitera notamment la tâche du Bureau dans l'évaluation souvent délicate de l'emploi de ses ressources limitées face à une demande en constante augmentation découlant de situations où sont commises des atrocités à grande échelle », a-t-elle ajouté.

Enfin, le Bureau reconnaît que les formes de criminalité visées par le Statut de Rome peuvent être liées à d'autres crimes relevant du droit national, et s'engage, à travers ce document de politique générale, à partager, s'il y a lieu, des informations et des éléments de preuve avec des autorités nationales ayant entamé des enquêtes ou des poursuites relatives à tout l'éventail de la criminalité organisée de portée internationale et transnationale.

 

 


 

EN BREF Plan canicule 2015 rien sur l'Ozone ? et pourquoi ? 

Il s'agit bien d'un crime contre l'Humanite avec un stylo ...

 

Vague de chaleur : les recommandations du ministère

 

Publié le 29 juin 2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

 

 

Alors que la France traverse un épisode de forte chaleur, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes rappelle que la plateforme téléphonique « Canicule info service » est accessible au 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures).

Le ministère fait également le point sur ce qu’il faut savoir en cas de canicule :

  • protéger son habitation avant et pendant la vague de chaleur (isolation thermique des murs, volets extérieurs et stores utilisables, ventilateurs et climatiseurs en état, pains de glace et sacs de glaçons à proximité...),
  • se protéger (ports d’habits amples, légers et clairs, utilisation de ventilateurs et de brumisateurs, prise répétée de douches fraîches, repos pendant les heures les plus chaudes, hydratation régulière, fruits et légumes crus de préférence, activité physique limitée...).

Déshydratation, insolation, coup de chaleur... Le ministère détaille également tous les signaux d’alerte à connaître (bouffées de sueur, fatigue, crampes, maux de tête, soif intense...). Et si besoin, les numéros d’urgence à contacter :

  • le 15 (Samu),
  • le 18 (Pompiers),
  • le 112 (numéro d’urgence unique européen).

À noter que le plan canicule comporte quatre niveaux :

  • niveau 1 (vigilance verte) - « veille saisonnière » activée du 1er juin au 31 août,
  • niveau 2 (vigilance jaune) - « avertissement chaleur », en cas de probabilité importante de passage en vigilance orange dans les jours qui suivent,
  • niveau 3 (vigilance orange) - « alerte canicule », déclenché par les préfets de département, en lien avec les Agences régionales de santé (ARS),
  • niveau 4 (vigilance rouge) - « mobilisation maximale ».

 

 Alors que la chaleur étreint progressivement l'Europe, l'Agence européenne de l'environnement (AEE) publie son bilan ozone (03) pour l'été dernier. Ses conclusions ne sont pas très encourageantes: pendant l'été 2005, les valeurs-cibles pour la protection de la santé humaine (pas plus de 120 microgrammes par mètre cube -µg/m3- en moyenne au cours de la journée) ont été encore une fois largement dépassées, malgré des progrès par rapport à la période 1999-2003. Dans chaque pays européen (1), chaque mois, ce seuil a été franchi au moins une fois. Il ne s'est donc pas passé un jour, l'été 2005, sans que cette valeur ne soit franchie quelque part en Europe.

Comme les années précédentes, le seuil d'information du public (180 µg/m3) a aussi été fréquemment franchi, notamment au sud de l'Europe. D'avril à septembre 2005, le seuil d'alerte (240 µg/m3) a été atteint 127 fois. Le plus haut pic d'ozone a été enregistré au Portugal (361 µg/m3 pendant plus d'une heure). L'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie et la Roumanie se sont également démarquées avec des pics supérieurs à 300 µg/m3. La fin juin (du 21 au 24) fut la période la moins favorable.

L'Agence rappelle que, en concentrations élevées, l'ozone provoque des troubles de santé mais aussi des dommages aux écosystèmes, aux cultures et aux infrastructures. Les principaux émetteurs des précurseurs d'ozone (oxydes d'azote et composés organiques volatils) sont les transports routiers, les générateurs de chaleur et d'énergie, les foyers, et l'industrie, dont les activités pétrolières et par l'heure d'été qui augmente la photochimie par l'intensité des uv 

En effet le déplacement des activités  humaines par rapport au soleil coïncide avec l'intensité solaire a son maximum a 14h quand le soleil est au zénith

Les UV chauffent les molécules qui dégagent de fortes oxydations qui interagissent sur les autres molécules

L'ozone est 2000 fois supérieur en absorbation des UV que le CO2

Par  contre, l’ozone troposphérique est ce qu’on appelle un polluant secondaire, un photo-oxydant, qui se forme par l’action du rayonnement solaire sur des polluants primaires précurseurs.

Il est le produit de réactions chimiques complexes faisant intervenir les oxydes d’azote, les composés organiques volatils, le monoxyde de carbone, la température et la lumière solaire. L'ozone troposphérique a un effet toxique pour les êtres humains et la végétation. L'heure d'été favorise cette oxydation des molécules

Ozone troposphérique et smog

L’ozone est également présent en petite quantité dans la couche de l’atmosphère située au-dessus du sol, la troposphère. Il y est produit par une chaîne de réactions entre le rayonnement solaire, les composés organiques volatils et les oxydes d’azote (NOx), dont certains sont produits par les activités humaines. L’ozone troposphérique (au niveau du sol) est un composant du smog urbain – un sérieux problème de qualité de l'air. Le smog est très fréquent lors des chaudes journées d’été sans vent, au-dessus des zones urbaines.

Même si l’ozone stratosphérique et l’ozone troposphérique sont exactement le même gaz, les effets de celui-ci varient selon la partie de l’atmosphère où il est présent. L’ozone stratosphérique bloque le rayonnement solaire nocif. Toute la vie sur Terre s’est adaptée à ce rayonnement solaire filtré. L’ozone troposphérique, par contre, pose de sérieux risques pour la santé et peut provoquer de graves troubles aux yeux, au nez et aux poumons chez l’homme et les animaux. Dans l’environnement, l’ozone peut endommager la végétation, les plantes de grande culture, les forêts et certains matériaux. S’il est vrai que le smog peut absorber une certaine quantité du rayonnement solaire incident, il ne peut compenser la perte d’ozone dans la stratosphère.

Une nouvelle étude, parue dans la revue Nature, dévoile de nouveaux mécanismes de production de l'acide nitreux (HNO2). Ce gaz est déjà bien connu et tient une place importante dans la chimie atmosphérique et particulièrement dans la pollution à l'ozone.
En effet, il possède la particularité d'interagir avec la lumière et de libérer des radicaux libres (OH-). Associés aux composés organiques volatiles (COV), ces radicaux participent à la production d'ozone troposphérique, polluants généralement urbains à l'origine des brouillards et des « pics d'ozone » présents dans la troposphère, couche la plus basse et la plus polluée de l'atmosphère.

Jusqu'à maintenant l'acide nitreux était supposé se former principalement la nuit et être dégradé en radicaux libres par la lumière dès le lever du soleil. Grâce à de nouvelles techniques de mesure de ce gaz, plus sensibles, les scientifiques se sont rendus compte récemment qu'il pouvait se former également le jour avec des concentrations dépassant largement les prédictions calculées par les modèles numériques de chimie atmosphérique.
Des chercheurs du Laboratoire d'application de la Chimie à l'Environnement de Villeurbanne (LACE, CNRS-UCBL) en collaboration avec l'Institut Paul Scherrer (Suisse) et l'Université de Wuppertal (Allemagne) viennent d'identifier les processus chimiques liés à cette production diurne. Leur étude a permis de démontrer que l'acide nitreux était produit par photo-réduction du dioxyde d'azote atmosphérique (NO2) à la surface de matière organique en décomposition (humus). Les résultats indiquent que le sol et d'autres surfaces contenant de l'acide humique produisent par photochimie des espèces réductrices qui réagissent sélectivement avec le dioxyde d'azote. 
Le taux de formation d'acide nitreux relevé dans cette étude pourrait expliquer les concentrations élevées d'HNO2 récemment observées en journée et dont la photolyse compte pour 60% de la production de radicaux libres. Cette production d'acide nitreux pourrait influencer significativement la chimie des basses couches de la troposphère et ainsi changer notre description des mécanismes de pollution atmosphérique, ont expliqué les chercheurs européens.

CANICULE - 

Depuis quelques jours, tout le monde en parle: la canicule nous frappe de plein fouet. Après l'annonce par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de la mise en place à partir du 16 août du "plan canicule", de nombreuses mesures ont été prises en terme de santé et de protection. Mais les effets sur la qualité de l'air de la canicule ne s'arrêteront pas avec la fin du plan.

En étude de la qualité de l'air, nous rencontrons deux types de polluants: les polluants dits primaires, qui sont directement émis à partir de sources d'émissions: oxydes d'azote, particules, benzène, etc. et les polluants dits secondaires, qui résultent quant à eux de transformation physico-chimique des polluants primaires: c'est le cas notamment du tristement célèbre connu ozone .L'avancement des activités humaines + l'ensoleillement aggravent et augmentent les taux d'ozone dont la FRANCE n'a jamais applique le seuil maximum de 100µg/m3 d'air sur 8h recommande par l'O.M.S..

Que se passe-t-il concrètement durant une canicule?

Bien que la température ait un impact sur les émissions de certains polluants par certaines sources Heure d'ete-évaporation des carburants à partir de véhicules à l'arrêt, émissions naturelles par les plantes de certains composés, etc.-, l'impact principal de la canicule sur la qualité de l'air est lié avant tout aux conditions météorologiques et a l'avancement de 2h par rapport au soleil. Il s'agit de conditions anticyclonique: fortes températures, ensoleillement important, peu de vent, forte stabilité de l'atmosphère (avec peu d'échanges verticaux, donc peu de renouvellement de l'air).La methode utiulisée ne teint pas compte du vent en FRANCE

En conséquence, la pollution (poussières et dioxyde d'azote) sera peu dispersée, et stagnera donc près de ses sources d'émissions, les routes urbaines notamment. En revanche, les polluants primaires émis en altitude (c'est le cas des émissions de certaines cheminées de sites industriels) y seront confinés et auront donc peu d'impact direct sur la qualité de l'air au niveau du sol avec la combinaison de l'Heure d'ete qui fait coïncider les intensites solaires les plus élevées avec les activités humaines

Le cas de l'ozone

Polluant plus régional, l'ozone résulte des transformations photochimiques (dépendant du rayonnement solaire) des composés organiques volatiles et des oxydes d'azote aggrave par l'Heure d'ete et malgre la recommandation 1432 du Conseil de l'Europe

Plus l'ensoleillement est important, et plus les températures sont élevées, plus la production d'ozone pourra être importante. En France, l'été est ainsi la saison pendant laquelle les niveaux de concentration en ozone sont les plus élevés, et où les seuils réglementaires sont dépassés dans de nombreuses régions en heure d'ete

Ces niveaux de pollution sont d'autant plus important que la région concernée peut être confrontée par le panache de pollution d'autres régions, amené par le vent. Ce fut le cas lors des épisodes de début août 2003, en région parisienne, avec l'arrivée massive d'air du nord de l'Europe, déjà fortement chargé en polluants primaires et en ozone. Ce qui est faux car l'air du Nord a toujours ete plus froid que le vend de sud sauf pour les technocrates pétainiste de la Santé et de l'ADEME

Cela peut également concerner les bordures de mer, dont le panache de pollution, qui se déplace vers la mer en cours de journée sous l'effet de brises terrestres, peut être ramené sur les côte par le vent marin la nuit, et donc favoriser un épisode plus important la journée suivante. Ce processus est constaté notamment en région PACA.

Les périphéries des grandes villes sont également menacées

En effet, la formation des polluants secondaires nécessitent un certain temps. Les niveaux de concentrations des polluants secondaires augmentent ainsi au sein des masses d'air (on parle de panache) pendant que celles-ci se déplacent sous l'effet du vent et s'éloignent des zones urbaines. Ceci explique que les panaches de polluants secondaires concernent des zones plus étendues que les polluants primaires. On parle ainsi de pollution régionale, voir continentale quand la durée de vie de ces polluants est importante.

Les campagnes ne sont point épargnées le soir et surtout dans les parties boisées et faire du sport est devenu trop dangereux pour la santé.....

En effet rien sur la pollution a l'Ozone pour le plan canicule c'est une escroquerie d'Etat ...